Programme 2009-2015

Qu’est-ce que TerrFerme ?

TerrFerme (Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain) est un programme de recherche Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs financé par l’Agence Nationale de la Recherche pendant 36 mois, entre janvier 2009 et décembre 2011, et par le Conseil régional d’Aquitaine, de 2010 à 2012. Il est accueilli par le laboratoire ADES du CNRS et l’Université de Bordeaux.

Sa responsable scientifique est Bénédicte MICHALON, Chargée de Recherche CNRS à ADES.

Enjeux scientifiques

L’époque contemporaine est celle de la mobilité, des flux de biens et de personnes, des espaces fluides et mouvants. Elle est aussi celle des étrangers placés dans des centres fermés avant d’être renvoyés dans leur pays d’origine, des travailleurs assignés à résidence par les autorités du pays dans lequel ils travaillent ou par des employeurs peu scrupuleux, ou celle, encore, du traitement fréquent de la « déviance » par le placement en institutions fermées. Le mouvement des hommes se conjugue à des processus qui relèvent de l’immobilité, du stationnement, de l’enfermement. Cet état se formalise à travers diverses procédures politiques de rétention. Des individus sont alors placés et maintenus contre leur gré dans des lieux particuliers au service de la construction d’une certaine altérité (le migrant, le travailleur, le criminel).

La récurrence du motif « lieu clos » dans l’actualité nous a convaincu de la nécessité de mener une réflexion sur ce qui fait le lien entre toutes ces situations : l’enfermement. Notre projet de recherche souhaite comprendre les procédures, les acteurs et les effets de l’enfermement au-delà des particularités locales, en Europe et ailleurs. Les lieux de réclusion résultent de rapports de pouvoir dissymétriques, entre ceux qui finissent par être enfermés et l’instance qui décide de l’enfermement.

Ce programme s’attachera à l’étude des prisons, des centres de rétention administrative et centres de demandeurs d’asile ainsi que des camps de travailleurs dans différents pays. Notre analyse sera celle d’une gradation de l’enfermement, qui évolue entre l’univers carcéral et d’autres types de lieux, qui ne devraient pas être de type carcéral mais s’en rapprochent à bien des égards. Ce projet a pour objectif d’analyser les comportements, représentations, stratégies, injonctions et influences, mais aussi médiations, évolutions et reconstructions permanentes liées à la production et à la mise en application du pouvoir.

Résultats attendus

Par les interrogations qu’il soulève, ce programme entend contribuer à mettre en relief les mécanismes sociaux et spatiaux des dispositifs d’enfermement, pensés comme dispositifs de contrôle politique et social.

Mots-clé

Enfermement – contrôle – contrainte – pouvoir – dispositif territorial – prison – centre pour migrants – logement contraint.

Lieux d’enquête

Allemagne – Cameroun – Chypre – Espagne – France – Maroc- Liban – Roumanie – Qatar.

L’ensemble des billets de ce blog relatif au programme TerrFerme (2009-2015) sont archivés dans la catégorie « Programme 2009-2015.

L’équipe

Bénédicte Michalon

Chargée de recherche CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

b.michalon@ades.cnrs.fr

Les travaux de Bénédicte Michalon s’inscrivent dans le champ des migrations internationales, du développement des pratiques migratoires et des trajectoires de migrants. Ses recherches actuelles portent d’une part sur les mobilités de travail (main-d’œuvre et commerce), leur diversification géographique et la multiplication des statuts des travailleurs étrangers. Elles concernent d’autre part l’enfermement des étrangers, l’inscription de cette problématique et des lieux qui la concrétisent dans des parcours de plus en plus complexes, et la transformation de la notion de frontière ainsi véhiculée.

Dans le cadre de TerrFerme, Bénédicte Michalon travaillera sur les centres de rétention et centres pour demandeurs d’asile en Roumanie et en Moldavie. Leur apparition a été provoquée par l’entrée de la Roumanie dans l’UE, et la participation de la Moldavie à de nombreux partenariats avec les instances européennes. Il s’agira d’appréhender ces lieux et l’expérience de ceux qui y vivent, afin de mettre en lumière leur intégration à certaines logiques de circulation. Les répercussions des mutations politiques régionales sur l’émergence de la problématique de l’essor de l’immigration et de l’asile seront éclairées.

Olivier Milhaud

Maître de conférences, Université Paris IV Sorbonne, Laboratoire ENeC. Membre associé du laboratoire ADES.

oliviermilhaud@yahoo.fr

Ses travaux s’orientent principalement autour de deux thèmes :

– les questions de limites géographiques et d’enfermement carcéral

– la question des langues et des conceptions géographiques à travers l’Europe, plus particulièrement les différences entre géographie francophone et géographie anglophone.

Dans le cadre du projet TerrFerme, Olivier Milhaud entend poursuivre ses interrogations sur la spatialité de l’enfermement carcéral en France. Il s’agit d’appréhender à travers les prisons françaises contemporaines la production d’un espace d’enfermement en recomposition (extension du parc pénitentiaire et spécialisation relative des quartiers) et les stratégies de résistance développées par les détenus.

Olivier Milhaud est membre des cafés géographiques et attache une grande importance à la vulgarisation de la recherche.

Tristan Bruslé

Chargé de recherche CNRS

Himalaya, 7 rue Guy Môquet, 94801 Villejuif

tristan.brusle@vjf.cnrs.fr

Tristan Bruslé s’intéresse aux migrations internationales de travail et à la formation des diasporas des pays du Sud, à partir de l’exemple du Népal. Ses recherches portent sur les processus migratoires, la culture de la migration, l’insertion des migrants dans les sociétés d’accueil et les changements dans les pays de départ.

Il s’intéressera pour TerrFerme aux formes de logement contraint que connaissent les travailleurs migrants sud-asiatiques dans les pays du Golfe. La majorité des migrants peu qualifiés sont en effet logés par leur employeur dans des labor camp à l’écart des grandes agglomérations. Les recherches de Tristan Bruslé porteront sur ces formes institutionnelles de relégation ainsi que sur la manière dont elles sont vécues par les migrants.

Le site de Tristan Bruslé :  http://tristan.brusle.free.fr/

Olivier Clochard

Post-doctorant CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

olivier.clochard@yahoo.fr

Olivier Clochard a soutenu sa thèse le 8 juin 2007 à l’université de Poitiers. Effectuée au sein de Migrinter (UMR 6588) elle porte sur Le jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié : une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration.

Pour le projet TerrFerme il souhaite mettre en place un travail de collecte de données sur la rétention administrative en Europe afin d’élaborer une approche comparative entre les différents pays de l’Union européenne (voire aussi les États voisins). Les terrains d’enquêtes porteront sur les îles de Malte et Chypre ; îles où le traitement des passagers clandestins maritime à bord des navires de la marine marchande est un des composants importants (et peu analysés) de la migration par voie maritime.

Olivier Clochard est l’auteur de cartes relatives au droit d’asile et au règlement de Dublin II, sur l’enfermement des étrangers , sur la mortalité des immigrés et réfugiés aux portes de l’Europe, ainsi que de nombreuses autres cartes sur les migrations disponibles sur le site de Migrinter.

Djemila Zeneidi

Chargée de recherche CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

djemila.zeneidi@ades.cnrs.fr

Les travaux de Djemila Zeneidi s’inscrivent dans le champ des inégalités socio-économiques, de la pauvreté et de la marginalité et sont plus particulièrement centrés sur des populations précaires (SDF, « jeunes en errance », squatters). Cette recherche qui privilégie l’analyse de l’expérience de ces populations, de leurs pratiques sociales culturelles et spatiales, de leurs corporéités, vise 3 objectifs :

  • Comprendre les processus de construction des catégories sociales communément utilisées pour les désigner.
  • Comprendre comment les rapports au corps et à l’espace révèlent un contournement des assignations identitaires véhiculées par les catégories instituées.
  • Comprendre la place et le traitement de ces populations comme révélateurs des différents changements qui touchent les espaces publics urbains.

Dans le cadre de TerrFerme elle s’intéressera aux formes de logement contraint que connaissent les travailleurs migrants employés dans le travail de la cueillette des fraises dans le sud de l’Espagne. Ces personnes en majorité des femmes sont hébergées dans l’exploitation même où elles travaillent. L’objectif est d’analyser la nature de ces dispositifs d’enfermement sur le plan matériel et symbolique, et l’expérience des personnes concernées.

Marie Morelle

Maître de Conférences

PRODIG – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Institut de géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 Paris

Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Marie Morelle travaille depuis plusieurs années sur les questions de marginalité et de sécurité dans les villes africaines (Yaoundé, Cameroun et Antananarivo, Madagascar). Ses recherches doctorales (2001-2004) ont porté sur les enfants de la rue. Dans le prolongement de sa thèse, elle se penche sur la question de la délinquance et plus spécifiquement de la prison, à Yaoundé. En miroir, elle analyse les pratiques des forces de sécurité (police et gendarmerie).

L’espace carcéral autant que les dispositifs de sécurité urbains constituent le prétexte pour analyser l’ensemble de la société, ses marges et ses systèmes de régulation et de refoulement.

Par le biais du projet TerrFerme, il est question de chercher à saisir qui est délinquant, qui est criminel et qui décide de cette définition. En analysant les itinéraires urbains des prisonniers, il s’agit de déterminer dans quelle mesure une certaine population se heurte au contrôle et à la suspicion de l’Etat et de ses agents, et dans quels espaces. Les enquêtes se feront principalement dans la prison de Yaoundé, auprès des détenu-e-s mais aussi des surveillants et personnels de l’administration pénitentiaire.

Caroline Abéla

Ingénieure d’études CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

c.abela@ades.cnrs.fr

Documentaliste au Centre de documentation REGARDS, Caroline Abéla possède une double compétence en ingénierie documentaire (Master de l’Enssib obtenu en 2005) et en anthropologie sociale et culturelle (Doctorat soutenu en 2004 à l’Université de Bordeaux 2). Ses activités au sein de REGARDS sont tournées principalement vers la veille scientifique. Elle a par ailleurs mis en place une collection des publications des chercheurs d’ADES sur les archives ouvertes Hal-SHS, dont elle s’attache à promouvoir l’utilisation ainsi que d’une manière générale les ressources en libre accès.

Dans le cadre de TerrFerme, elle s’occupera également d’effectuer une veille sur les publications scientifiques ainsi que…de ce blog.

André-Frédéric Hoyaux

Enseignant-chercheur

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

afhoyaux@u-bordeaux3.fr

Le travail d’André-Frédéric Hoyaux pose une réflexion sur la capacité des êtres humains à faire fi autant que faire se peut des conditions dans, à travers et avec lesquels ils existent. En ce sens, son travail s’inscrit sur l’analyse d’une dissociation-relation entre ce que l’on pourrait appeler la cage ontique (posée par les conditions d’un enfermement physique, matériel) et la cage ontologique (posée par les constructions d’un enfermement mental, artefactuel).

Pour le projet TerrFerme la recherche d’André-Frédéric Hoyaux vient tout à la fois en appui et en complément des travaux d’Olivier Milhaud sur les prisons en France. Le terrain sera donc effectué de concert avec ce dernier. Il procédera cependant de manière spécifique par l’utilisation d’entretiens multiples sur les relations qu’effectuent les personnes enfermées avec le monde. Quel mode d’enfermement vivent-elles ? Et quelles sont les stratégies qu’elles mettent en place pour se « désenfermer » ? Ce désenfermement passe-t-il par un traitement de la pratique spatiale et/ou par un imaginaire spatial ? Et comment construit-on de la proximité lorsque l’on est mis à l’écart et donc a priori éloigné de ce/ceux avec lesquels on se sent proche ?

Cette phase de terrain sera adossée à une réflexion plus large sur les modes d’enfermement à travers l’histoire et tentera de spécifier les structures fondamentales de la « mise à l’écart » de « l’anormalité sociale ». Plus généralement encore, ce travail s’intéressera à la capacité d’habiter, c’est-à-dire d’exister au sens premier du terme, dans un univers carcéral. Et s’il y a impossibilité d’habiter dans cet univers, est-ce dû aux dispositifs spatiaux mis en place et/ou aux dispositifs sociaux qui en gèrent l’organisation ?

Mathilde Darley

Chargée de recherche CNRS

Cesdip, Immeuble Edison, 43 Boulevard Vauban, 78280 Guyancourt

mathilde.darley@gmail.com

La thèse de doctorat de Mathilde Darley, soutenue en 2008 à l’IEP de Paris, portait sur « Asile, frontière et détention des étrangers. Le contrôle étatique de l’immigration et son contournement en Autriche et en République tchèque ». Ses thèmes de recherche incluent, outre la question de l’immigration et de son contrôle, celle de la prostitution et plus généralement du contrôle des déviances.

A travers l’observation ethnographique des centres de détention administrative et judiciaire en Allemagne, envisagée ici, il s’agit de questionner la comparabilité des lieux d’enfermement qui, gérés par le ministère de la Justice, ont vocation à sanctionner une faute pénale et à discipliner le détenu en vue de sa réintrégration dans la société d’origine, avec les lieux d’enfermement placés sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur et destinés à mettre à l’écart les étrangers en situation irrégulière ou soupçonnés d’irrégularité, le plus souvent en vue de leur expulsion du pays d’accueil. L’observation comparative des différents lieux fermés visera ici à décloisonner l’objet de recherche « détention », souvent envisagé comme un « espace d’exception ». Il s’agira notamment de montrer comment, en envisageant ces espaces non comme territoires à la marge mais comme des éléments d’un dispositif plus vaste de contrôle social et en les rapprochant éventuellement d’autres institutions non enfermantes opposant « agents institutionnels » et « usagers », on peut en complexifier l’analyse par la prise en compte des marges de manœuvre potentiellement disponibles pour chacune des familles d’acteurs – enfermés et enfermants.

Olivier Pissoat

Ingénieur d’études CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

o.pissoat@ades.cnrs.fr

Cartographe, Olivier Pissoat est formateur en cartographie et co-responsable du Groupe de Recherche en ANalyse de l’Information Territoriale (GRANIT) du laboratoire ADES. Il a travaillé en particulier sur le thème de la violence en Colombie.

Pour TerrFerme il souhaite mettre en œuvre une cartographie des prisons et des centres de rétention à l’échelle de l’Union européenne et des pays voisins.

Sylvie  Vignolles

Assistante Ingénieur CNRS

ADES, Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac Cedex

s.vignolles@ades.cnrs.fr

Responsable administrative et financière de l’UMR ADES, elle participe aux projets de recherche de l’UMR (de la phase amont à la phase finale), et sert d’interface avec le service Partenariat et valorisation de la Délégation Régionale Aquitaine-Limousin du CNRS.

Dans le cadre de l’ANR Terrferme, Elle assure la gestion administrative et financière (recrutement de CDD, bilans financiers …).

Crédits photographiques (Photo S. Vignolles) :  Marie-Louise Penin.

Le projet TerrFerme bénéficie également du soutien technique et administratif du laboratoire ADES :

Missions : Marie-Bernadette DARIGNAC

Documentation : Carlos JENART

Logistique : Laurent NABOULET

Graphisme : Marie-Louise PENIN

Assistance informatique : Frédéric THION

(Référence du projet : ANR-08-JCJC-0121-01)

(Financement du Conseil régional d’Aquitaine, référence : 2010407003)

1 réflexion sur « Programme 2009-2015 »

  1. Madame Michalon,
    Je suis fabienne Raybaud, psychologue clinicienne et docteure en psychologie clinique et psychopathologie, de l’Université d’Aix en Provence. C’est en cherchant à me documenter sur Alvaro Escobar Molina que j’ai rencontré Terre Ferme sur Internet et la présentation du livre L’enfermement. Espace, Temps, Cloture, documentée par M. Tristan Bruslé;.

    Je viens vers vous après avoir exploré toutes les librairies possibles dans le réel comme en ligne: force est de me rendre compte que cet ouvrage de A.E.Molina est épuisé.
    Or, très prochanement dans l’été, en lien avec le laboratoire d’anthropologie sociale (IDEMEC), je vais rencontrer des mineurs en détention, pour une étude concernant le processus de subjectivation chez ces mineurs. Le livre de M. Molina semble fort interessant en ce sens et dans sa proposition d’espaces de l’illusion, de la négociation et de l’adhésion à un idéal.
    Je ne peux actuellement l’emprunter aux B.U.

    Pensez vous qu’il serait possible d’obtenir (acheter) cet ouvrage à partir de Terre Ferme? Si oui, comment faire? En tout cas, je vous remercie dès aujourd’hui pour votre attention

    Je vous prie d’agréer, Madame,
    mers meilleures et cordiales salutations

    fabienne Raybaud
    Psychologue clinicienne.
    Docteure en psychologie et psychopathologie clinique
    AMU, LPCLS.
    Membre du groupe de recherche: Corps, soin et santé dans l’exil,
    IMéRA
    0614861658
    141, rue du château, Ancien presbytère
    83470 SEILLONS SOURCE d’ARGENS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.