Revue Criminologie – appel à articles “Géographies carcérales”

Géographies carcérales : nouvelles perspectives sur les espaces d’enfermement et de contrôle social

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie porte sur la thématique la géographie carcérale. Il aura pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques. Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels. 

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie qui paraîtra à l’automne 2023 aura pour thématique la géographie carcérale et a pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques.

Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels.

Ouvrant la porte à un nouveau dialogue avec Agamben, Goffman, Foucault, etc. la géographie carcérale prend la forme d’une boite à outils conceptuels et méthodologiques, invitant dès lors à l’ouverture et au renouvellement du champ d’études de la prison et des espaces d’enfermement contraint, en proposant par exemple une relecture des concepts d’institution totale et de corps dociles, ou encore de nouvelles entrées analytiques à travers les théories de la mobilité et de la liminalité. Ce numéro se veut donc une invitation à penser différemment et bouleverser nos représentations parfois figées de l’univers carcéral en soulignant les apports théoriques, empiriques, conceptuels ou encore méthodologiques de la géographie carcérale à la criminologie et à l’étude de l’enfermement, en mettant en lumière les problématiques autour desquelles ces différents champs d’études se retrouvent. L’entrée analytique privilégiée sera celle de la spatialité, proposant une réflexion sur la nature carcérale des espaces, sur ce qu’ils produisent et favorisent, sur la façon dont ils sont animés, appropriés et transformés, sur les rapports de pouvoir et de domination qui y prennent place ou encore sur les expériences en leur sein (individuelles ou professionnelles).

Le numéro se structurerait autour des trois axes de réflexion suivants :

  • Le premier axe s’intéresserait aux géographies des prisons en proposant par exemple d’analyser la prison à travers l’espace architectural, retraçant des politiques de conceptions et d’emplacements, dévoilant des rapports à l’espace, interrogeant des pratiques ou encore dessinant une géographie expérientielle et émotionnelle des établissements correctionnels.
  • Le second axe proposerait de s’émanciper d’une analyse du carcéral restreinte à la prison, afin de décrire et d’analyser d’autres structures qui confinent, enferment, contraignent, surveillent et contrôlent. Cette forme d’expansion conceptuelle permet de mettre à jour des mécanismes et logiques propres au carcéral, mais parfois camouflés (par exemple dans les centres de détention de l’immigration, les centres jeunesse, les hôpitaux psychiatriques, etc.).
  • Enfin, le troisième axe s’emploierait à mettre en lumière la prévalence de logiques carcérales au-delà des murs institutionnels. Cet axe présente l’intérêt de dépasser les contours classiques de l’analyse du « carcéral » telle qu’opérée par la criminologie. Il pourrait ainsi l’étendre aux camps de réfugiés, aux frontières (géographies des murs), à la cité et aux espaces qui la partitionnent (quartiers sous surveillance, écoles, hébergements des sans-abris, etc.) ou encore le questionner comme stratégie coloniale, par exemple dans le cadre des territoires et réserves autochtones.

Coordination scientifique du numéro

Sandra Lehalle et Anaïs Tschanz

Modalités de soumission

Pour proposer une contribution à ce numéro thématique, veuillez transmettre les noms, affiliations et coordonnées des auteurs à Anaïs Tschanz (anais.tschanz@justice.fr) et Sandra Lehalle (Sandra.Lehalle@uottawa.ca).

Votre proposition doit également inclure un titre et un résumé en français de 250 à 500 mots. La date limite pour soumettre votre proposition est le 1er avril 2022.

Les propositions seront envoyées pour évaluation à des pairs identifiés par les responsables du numéro.

https://calenda.org/960185 

Les ressources de la privation de liberté

APPEL A CONTRIBUTION – 6ème Colloque Jeunes Chercheurs et Jeunes Chercheuses sur la privation de liberté – Paris, 17 et 18 mars 2022 (envoi des propositions de contribution avant le 4 juillet 2021)

Toute privation de liberté se définit par une restriction, un manque, et l’on peut à juste titre s’inquiéter du manque chronique de ressources financières mobilisées par les États pour se doter de lieux respectueux de la dignité des personnes enfermées, de personnels suffisamment nombreux et formés, d’activités satisfaisantes, etc.

Pourtant, la privation de liberté ne peut pas exister sans ressources, et les budgets des administrations pénitentiaires sont parfois conséquents. Au-delà des enjeux financiers, la notion de « ressources », entendue au sens large, nous invite à observer et à mesurer la diversité des ressources qui participent à faire de la privation de liberté ce qu’elle est.

Les personnes privées de liberté vivent autant de ressources matérielles, même dans des lieux de dénuement, que de ressources humaines qu’incarnent notamment les personnels, les familles, les associations, les aumôniers ou encore les avocats.

Les personnes qui font face, d’une manière ou d’une autre, à la privation de liberté mobilisent aussi leurs propres ressources sociales, culturelles, psychiques ou spirituelles pour vivre cette privation de liberté, s’instruire, travailler, s’évader, se révolter…

A un niveau plus institutionnel, la privation de liberté suppose des ressources juridiques, politiques et sociales, pour encadrer cette situation particulière. Certains choix de politique criminelle traduisent d’ailleurs une volonté de mobiliser certaines ressources (financières, théoriques, pratiques) en priorité. A titre d’exemple, on peut évoquer la mise en œuvre récente par les services d’insertion et de probation de certaines ressources criminologiques et notamment d’outils actuariels développés outre-Atlantique. Quel que soit le type de lieu de privation de liberté concerné, les personnels ne cessent de réclamer plus de moyens pour mener à bien leur mission. Faute de mieux, souvent ils imaginent et développent des initiatives locales qui en tant que telles peuvent parfois être vues comme une forme de ressources.

Ce 6ème Colloque Jeunes chercheurs et jeunes chercheuses sur la privation de liberté invite donc à questionner la thématique des ressources de la manière la plus large et la plus ouverte possible

Continuer la lecture

Le bon, la brute et le migrant

sociologie_du_travailMathilde Darley publie « Le bon, la brute et le migrant ? Le rôle négocié des acteurs religieux dans un dispositif policier d’enfermement des étrangers en Allemagne » dans Sociologie du travail, Volume 56, Issue 4, October–December 2014, Pages 472–492.

Résumé:

Contrairement au modèle français, le centre allemand de rétention d’étrangers en situation irrégulière étudié ici ne prévoit pas d’autre intervention extérieure que celle des aumôniers. Leur champ d’action déborde cependant largement le cadre de l’assistance spirituelle pour inclure la défense des droits des étrangers retenus et la contestation politique du dispositif d’enfermement. Le huis clos de la rétention met ainsi en scène deux groupes professionnels, aumôniers et policiers, aux objectifs a priori inconciliables. Tout en éclairant les origines de cette cohabitation singulière, j’analyserai ici ce que l’intervention d’acteurs religieux dans un dispositif étatique de contrainte fait à la construction, par chaque famille d’acteurs, de sa légitimité professionnelle, et aux pratiques d’assistance et de contrôle qui en découlent.

Confinement des migrants en France

Avec son article intitulé « Les différents visages du confinement des migrants en France », Olivier Clochard contribue à l’ouvrage Migrations et mutations de la société française, l’état des savoirs, coordonné par Marie Poinsot et Serge Weber, aux éditions La Découverte.

Depuis 1981, période à laquelle le gouvernement de l’époque légalise la rétention administrative et judiciaire des étrangers démunis de documents en règles, de nouveaux modes de confinement ont été mis en place. La suppression graduelle des contrôles aux frontières internes de l’Union européenne (UE), consécutive à l’application des accords de Schengen (1995), a certes renforcé ce processus, mais le franchissement des frontières par des étrangers dépourvus des documents exigés et la situation des « sans-papiers » sont de plus en plus associés à des faits délictueux. En conséquence les lieux d’enfermement dont la capacité totale n’a cessé d’augmenter[1], sont devenus des enjeux importants dans l’évolution de la politique migratoire, les gouvernements successifs ayant procédé à des amendements législatifs pour faciliter la détention des migrants, engendrant dans le même temps d’autres formes de privation de liberté. C’est le cas à Calais et dans les autres villes portuaires de la Manche et la Mer du Nord où les étrangers sont confrontés à des mesures de surveillance et d’exclusion Enfin les « nouvelles » technologies comme la numérisation des données relatives à la situation administrative des migrants occupent une place croissante dans les politiques d’asile et d’immigration, elles visent à faciliter l’arrestation et l’enfermement d’enfants, de femmes et d’hommes à la recherche de meilleures conditions d’existence.

De par la convergence de leurs fonctionnements, ces dispositifs semblent constituer les diverses strates d’un confinement physique et immatériel où d’un côté, les contrôles des migrants doivent constamment être ajustés selon l’évolution des flux migratoires, et de l’autre les mobilités et les stratégies des migrants évoluent en fonction de ces nouveaux bornages mis en place (…).

[1] De 2000 à 2012, la capacité connue des lieux d’enfermement (centres et locaux de rétention administrative, zones d’attente) est passé de 723 à 2 280 places.

Schémas de la détention administrative en France de 1983 à 2013 (crédits cartographiques: Olivier Clochard), cliquez sur chaque carte pour l’agrandir :

 

Détention administrative en France en 1983.

Détention administrative en France en 1983.

 

Détention administrative en France en 1993.

Détention administrative en France en 1993.

 

Détention administrative en France en 2003.

Détention administrative en France en 2003.

 

Détention administrative en France en 2013 (1).

Détention administrative en France en 2013 (1).

 

Détention administrative en France en 2013 (2).

Détention administrative en France en 2013 (2).

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue “Sociétés contemporaines”

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.

 

 

Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714

 

L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention

Mathilde Darley , vient de publier cet article dans la revue Genre, sexualité & société:

“« Trouvez-vous une femme ici et tout s’arrangera… ». L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention “, Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, Consulté le 13 février 2013. URL : http://gss.revues.org/index2523.html ; DOI : 10.4000/gss.2523

L’enquête ethnographique entreprise aux côtés d’aumôniers en charge du conseil spirituel et juridique aux étrangers en situation irrégulière dans un centre de rétention allemand visait à saisir et interpréter les logiques motivant leur décision de déployer ou non une relation d’assistance avec les retenus rencontrés. L’analyse développée ici à partir des observations collectées révèle notamment comment, à la socialisation religieuse des acteurs, se greffent d’autres régimes de normes, juridiques et moraux, mais aussi relatifs aux rapports sociaux de sexe. La centralité de normes « familialistes » invite en particulier à s’interroger non seulement sur le rôle des normes de genre et/ou de sexualité dans les mécanismes d’ordonnancement des retenus par les aumôniers, mais aussi sur le positionnement de ces derniers par rapport aux normes familiales et conjugales dominantes – elles-mêmes fortement marquées, en Allemagne plus que dans d’autres pays européens peut-être, du sceau de l’Eglise.

Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Bénédicte Michalon est invitée à présenter ses recherches dans le cadre des journées « Et l’immobilité dans la circulation ? ». Organisées par l’UMR Migrinter et l’axe Mobilités, Identités et Territoires du Collège International des Sciences du Territoire, elles auront lieu à Migrinter les 19 et 20 novembre 2012.

Ces journées ont pour objectif de revenir sur les articulations entre mobilité et immobilité : voici ce qu’en dit le texte de présentation.

« Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

La communication de Bénédicte Michalon, intitulée, « Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie », s’inscrira dans un atelier sur l’immobilité forcée (en prison, établissement pour mineurs, centre de rétention s) et ses liens à la mobilité. A partir de ses recherches menées en Roumanie sur le dispositif de rétention administrative des étrangers, sa communication cherchera à creuser les imbrications de l’immobilité et de la mobilité qui caractérisent ces lieux de privation de liberté, car ceux-ci ont pour vocation première d’interférer sur les circulations, de les cadrer spatialement et socialement, voire de les interrompre. En ce sens, la rétention consiste en une assignation à l’immobilité, dont la vocation est de contrarier, voire d’empêcher la liberté de mouvement. Or, l’existence même des lieux de rétention et leur fonctionnement reposent sur aussi des formes spécifiques de mise en mobilité, la plus évidente étant l’expulsion censée justifier le placement en rétention. Il s’agira donc de cerner comment mobilité et immobilité font partie intégrante des rapports de pouvoir, par nature dissymétriques, établis entre l’institution enfermante et ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés.

Les autres billets du carnet sur les terrains de Benedicte Michalon en Roumanie: lire les billets.

 

 

Majid Eazadi : près de 5 années derrière les barreaux à Chypre

Vue sur la prison centrale de Nicosie à l’intérieur de laquelle se situe Block Ten

Par Olivier Clochard:

Juillet 2011. Je revois Madjid à Nicosie, nous nous sommes donné rendez-vous devant l’immeuble de l’association Kisa. En provenance de la rue piétonne Ledra street, il marche d’une manière déterminée, à coté du trottoir. En me voyant, il me fait des grands signes de la main. Arrivé à ma hauteur, il m’embrasse et d’une accolade très chaleureuse, il me remercie à plusieurs reprises. Puis il me demande si tout va bien, la famille, le voyage et le séjour à Chypre. Nous ne traînons pas car sa voiture située de l’autre côté de Ledra street, est mal stationnée. Après quelques minutes, nous montons dans une voiture qu’il a empruntée à son ami qui vit avec lui dans sa maison à Limassol. Il ne cesse de parler, de ses difficultés administratives, de son avenir. Il ne connaît pas la ville de Nicosie, il a toujours vécu à Limassol à l’exception des trois années où il a été maintenu dans le centre de rétention de Block Ten. Il roule à travers Nicosie sans savoir exactement où nous allons. Après avoir emprunté rues, boulevards et avenues dans la banlieue sud de Nicosie, nous reprenons la direction du centre de Nicosie. Nous nous arrêtons en bordure d’une place, dans la partie « nouvelle » de la ville. Une fois l’argent mis dans l’horodateur, nous tentons de chercher un café où nous pourrions discuter tranquillement. Madjid se ballade avec une mallette, je crois qu’à l’intérieur, il dispose d’un ordinateur portable, mais pas du tout : c’est une petite mallette où l’ensemble de sa correspondance avec l’administration est archivée. Notre recherche de café s’avère vaine, et nous décidons de reprendre la voiture pour aller dans le centre ville. Je lui indique les différentes rues à prendre, nous nous stationnons sur une place à proximité de la mosquée. Puis nous allons nous installer à la terrasse d’un bar-restaurant devant lequel je suis souvent passé sans m’y arrêter. Je prends une salade composée et Madjid prend un café glacé, c’est lui qui offre.

Kofinou

Il m’apprend qu’il est assigné à résidence à Kofinou, dans le centre d’accueil pour demandeur d’asile bien que Madjid ait été débouté de sa demande d’asile à deux reprises et qu’aujourd’hui, il n’ait pas entrepris d’autres démarches. C’est la police qui l’a transféré dans le centre à sa sortie de Block Ten. Il savait qu’il y serait conduit. Depuis sa sortie de rétention, il doit aller chaque semaine au poste de police de Kofinou, signer un document, et il doit également ne pas s’absenter plus de quarante-huit heures du centre. Il doit indiquer à chaque fois aux responsables du centre quand il sort et quand il pense revenir. Alors il ne cesse de faire des allers et retours entre le centre où il y passe une nuit sur deux environ, et sa maison à Limassol qu’il a entièrement refaite avant qu’il soit arrêté et conduit à la prison centrale de Nicosie où se situe Block Ten.

Il dit que les odeurs à proximité de Kofinou, demeurent insupportables. Les puanteurs proviennent de l’usine d’équarrissage voisine du centre. Un enfant d’une famille a du être hospitalisé il y a quelques mois, et selon lui, les malaises de l’enfant seraient dus à ces émanations. Depuis quelques semaines, les produits d’hygiène et la nourriture sont distribués aux résidents, de façon restreinte. Il parle également des agriculteurs des alentours qui viennent régulièrement à l’entrée du camp pour y recruter de la main d’œuvre. Les gens partent travailler aux aurores, en été de sept heures à vingt heures le soir. À travail égal, les salaires ne sont pas les mêmes pour tous, ils diffèrent selon la couleur de la peau des personnes. Ce comportement racial des employeurs perdure depuis des années : les personnes à la peau noire, souvent insultées par l’emploi du terme grec « mavro », sont payées entre quinze et vingt euros, les autres sont rémunérées autour de vingt-cinq euros. Madjid n’est jamais allé travailler dans les champs. Bien que les autorités lui interdisent, il dit qu’il aurait pu y aller. Il préfère aller de temps en temps travailler à Limassol sans être déclaré, cela lui permet d’avoir un peu d’argent pour ses cigarettes, ses déplacements en voiture et la nourriture. Par ailleurs, son ancien patron est prêt à le reprendre à partir du moment où les autorités chypriotes délivreront un titre de séjour à Madjid.

Durant sa période de rétention, il a toujours été maintenu à Block Ten et il n’a jamais changé de chambre. Lors de notre week-end à la plage, il me dit qu’il pourrait écrire au Guinness des records pour mentionner qu’il détient à ce jour le triste record d’avoir été maintenu en rétention en Europe, pendant plus de trois ans, dans la même cellule. C’est à se demander si les policiers n’y trouvaient pas leur compte en maintenant toujours Madjid à Block Ten, de par sa formation de mécanicien et chauffagiste, Madjid dit à plusieurs reprises avoir réparé les installations du centre (climatisation, douches, WC, etc.). Au départ, il a travaillé pendant près de deux ans à l’entretien du jardin, il n’a jamais eu accès au terrain de Basket à proximité duquel il y a Block 9, bâtiment où sont maintenus les femmes. Il dit bien qu’avec son ancienneté dans le centre, il était devenu en quelques sortes le porte-parole des prisonniers de Block Ten, toutefois chaque groupe ethnique à l’intérieur de Block Ten a son porte-parole.

Comme d’autres qui sont passés par la prison avant d’être détenus en rétention, il dit que les conditions de détention étaient meilleures lorsqu’il était enfermé dans la partie pénitentiaire de la prison de Nicosie, espace destiné aux prisonniers de droit commun et aux étrangers condamnés à une peine d’emprisonnement pour entrée ou séjour « irrégulier ». Pour lui, lorsqu’on est en prison, les personnes connaissent leur durée de détention et savent en conséquence la période à laquelle elles vont sortir. Il y a par ailleurs un cadre règlementaire, les gardiens par exemple interviennent à l’intérieur de l’espace carcéral lorsqu’il y a des différents entre les détenus, ce qui n’est pas toujours le cas à Block Ten. Le soir, il y a une heure où tout le monde doit être couché. Cette demande de limites peut paraître paradoxale pour des gens qui recherchent par tous les moyens, à être à l’extérieur. La préférence de la prison à Block Ten se joue aussi sur le terrain des périodes de promenades autorisées : en prison, il est possible chaque jour d’aller à l’extérieur du bâtiment où les prisonniers sont maintenus alors qu’à Block Ten, il est accordé au mieux aux étrangers une heure de sortie par jour. La nourriture y est également meilleure, elle est préparée par les prisonniers eux-mêmes. Autant de points qui font passer Block Ten pour un endroit pire qu’une prison. Il y a enfin le fait non négligeable qu’à Block Ten, « nous avons déjà un pied dehors, l’expulsion n’est jamais loin. Si ce n’est pas nous, ce sont des gars que tu côtoies au quotidien, et un jour, tu ne les voies plus ».

Madjid évoque les problèmes qu’il a eus avec un policier, un agent qu’il a tenté de soudoyer en lui donnant de l’argent pour qu’il sorte de rétention. Madjid dit qu’il n’est pas le seul à avoir (ou tenté d’avoir) eu recours aux services de ce policier corrompu. Bilan de l’opération : Madjid a perdu de l’argent et n’a pas été libéré pour autant. Il a porté l’affaire devant les tribunaux. Une première audience devait avoir lieu en septembre 2011, selon Madjid.

Suite à ce précédent billet, il semble que les autorités chypriotes auraient pris la décision de le libérer en mars 2011. Une dizaine d’autres personnes qui étaient maintenues depuis près de dix-huit mois, ont également été libérées. À son départ, Madjid a laissé toutes ses affaires aux autres détenus, à l’exception de ses effets personnels.

Sur la plage

Depuis Madjid me dit que chaque nuit, il se réveille, parfois c’est un cauchemar qui le sort de son sommeil. La nuit que nous passons sous la tente sur la plage, un cri viendra rompre le bruit des vagues…

En septembre 2011, j’apprends qu’il a été à nouveau incarcéré au moment où il allait pointer au commissariat (même pour un étranger qui a obtenu un titre de séjour après avoir été en situation irrégulière à Chypre, celui-ci peut être ensuite arrêté et conduit en rétention pour le seul fait d’avoir été sans papier à un moment donné de sa vie). Est-ce lié au procès qui devait avoir lieu ? Il passera plusieurs semaines, enfermé dans le commissariat de Kofinou – sans pouvoir sortir – avant d’être transféré à Block 10. Ce statut de leader qu’il avait acquis avec le temps durant la précédente période de rétention, il ne le retrouvera pas après sa nouvelle arrestation. Au-delà du fait d’être enfermé une fois de plus, le fait de revenir dans un lieu avec une position sociale différente de celle qu’il avait quand il a quitté Block Ten au printemps 2011, explique sans doute les grandes difficultés psychologiques dans lesquelles se trouve Madjid à l’automne 2011.

Octobre 2012, cela fait plus d’un an qu’il est enfermé, et près de cinq années si on fait le cumul des périodes passées derrière les barreaux. Or « Lorsqu’il apparaît qu’il n’existe plus de perspective raisonnable d’éloignement pour des considérations d’ordre juridique ou autres (…) ne sont plus réunies, la rétention ne se justifie plus et la personne concernée est immédiatement remise en liberté ». Article 15 de la Directive 2008/115/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. Directive que l’État chypriote a transposée.

Aujourd’hui Chypre est présidente de l’Union européenne jusqu’en décembre 2012, et Majid Eazadi est toujours derrière les barreaux. Jusqu’à quand ?

Graphique des périodes d’enfermement: Parcours_enfermement_Eazadi

Crédits photographiques: Olivier Clochard

Communications de Terrferme au colloque “Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche”

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.