Rapprocher les lieux d’enfermement, confronter les approches : un retour du colloque Terrferme

Par Olivier Milhaud :

Le colloque TerrFerme d’octobre 2013 fut un succès, autant pour sa qualité scientifique que pour son atmosphère chaleureuse. Il lui manquait toutefois ce qui s’éternise dans les lieux d’enfermement : le temps ! Puissent ces quelques notes jetées au retour du colloque servir de possibles points de départ pour une discussion plus large, prolongeant – via ce blog – nos débats inachevés à l’issue de longues journées.

Commencer le colloque par un film sur le contrôle général des lieux de privation de liberté (dans trois prisons et un hôpital psychiatrique en l’occurrence), avant les communications proprement dites, invitait d’emblée au décloisonnement des regards. Est-ce parce que la mise en visibilité de l’enfermement par un film (images, sons, mouvements) permet déjà d’en saisir toute l’épaisseur, alors même que les odeurs – si fondamentales dans tant de lieux d’enfermement – ne transpirent pas de l’écran ?

Décloisonnement analytique et rapprochement/confrontation des approches ne mènent assurément pas à un aplatissement du regard. Ils ne mènent pas non plus à des comparaisons au sens strict. Décloisonner le regard ne permet-il pas une purification des logiques à l’œuvre dans son objet (les prisons françaises par exemple) à force de le mettre en regard avec d’autres objets (hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, logements contraints de travailleurs, camps de réfugiés, etc.) dans d’autres contextes régionaux (Ecosse, Pérou, Cameroun, Afrique du Sud, Italie, Niger…) ? Reste que la démarche est risquée : ne pas rendre justice à l’enracinement de chaque lieu d’enfermement ; manquer de nuances pour capter les processus d’enfermement à l’œuvre, être rivé à une seule échelle analytique, ou encore limiter son regard à la seule dimension matérielle du cadre d’enfermement. Jusqu’où l’approche spatiale est-elle heuristique ? Quand vire-t-elle à l’exercice de style ?

L’approche spatiale de l’enfermement semble bien souvent constituer la prison comme un modèle analytique indépassable. D’où la question d’Andrew Jefferson : pourquoi la métaphore carcérale est-elle si forte ? Certes, Lorna Rhodes appelait à une vision résolument “messy” des institutions d’enfermement, qui enchevêtrent des logiques qui se recoupent, laissant tout un espace entre les théories de l’institution et leurs actualisations concrètes dans les lieux. « Spatial ordering is limiting our imagination », entendait-on malgré tout, en fin de colloque.

De quoi le rapprochement des lieux nous éloigne-t-il (par-delà la singularité de chacun) ? Et de quoi nous rapproche-t-il aussi ? Question lancinante depuis Asiles de Goffman… Question qui rappelle combien le rapprochement permet de saisir l’effet d’amplification de l’enfermement. L’enfermement spectacularise les phénomènes, de manière dramatique pour les enfermés, et de manière peut-être analytiquement très profitable (soyons cyniques) pour les chercheurs. Le colloque a d’ailleurs permis de pointer, en creux, le peu de place laissé à l’analyse de la souffrance quand on monte en généralité ou quand on raffine l’analyse de l’espace d’enfermement.

Comme si le rapprochement des lieux pouvait dépolitiser, à notre insu, les processus d’enfermement. Pourquoi le caractère relationnel du pouvoir – thème incontournable si on ne veut pas priver l’enfermé de capacité d’action – nous fait si souvent oublier sa fondamentale asymétrie en ces lieux-là ? La géopolitique de la vulnérabilité, que Lauren Martin met en évidence pour le contrôle de l’immigration aux Etats-Unis, est une question politique autant qu’une question d’éthique de la recherche sur l’enfermement. Mais de quels moyens disposons-nous pour la soulever ? Quelle place donner à la souffrance, sans être pris dans les hiérarchisations victimaires qu’évoquait Andrew Jefferson ? Sans même parler des différences d’approches en terme de degré de politisation de l’analyse entre monde académique anglophone, plus volontiers critique et militant, et monde académique francophone, plus frileux peut-être.

L’approche du colloque, mettant à l’honneur la dimension spatiale de l’enfermement, montrait autant la richesse heuristique du questionnement spatial que les limites des raisonnements trop spatialistes des autorités qui enferment. D’un point de vue méthodologique, Sarah Curtis rappelait ainsi combien il était facile aux enquêtés de parler de l’espace physique des hôpitaux psychiatriques pour évoquer, in fine, le type de soin. Mais en même temps, l’espace invisibilise. La prison post-apartheid étudiée par Kelly Gillepsie soulignait combien ses concepteurs avaient pensé l’espace architectural pour ne pas penser complètement la peine de prison – prison inévitablement ségrégative, pointait Olivier Razac.

N’est-il pas dès lors illusoire de se réjouir de l’allègement de la surveillance entre les murs d’une Unité Hospitalière Spécialement Aménagée (« ici, c’est l’hôpital »), comme le rappelle Camille Lancelevée, quand cela se fait au prix d’un renforcement du dispositif technique de surveillance environnant, géré par l’Administration pénitentiaire ? Logique carcérale répétitive : ouvrir les espaces en les fermant mieux, dirait David Scheer. D’autant que le caractère hospitalier du dedans de l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée tend à lever l’inquiétude éthique des personnels, routinisant une urgence sanitaire encadrée par l’Administration pénitentiaire, voire laissant à penser que, finalement, la prison peut soigner.

Le cadre spatial de l’enfermement emprisonne le regard, rive les yeux sur le dedans. Ce qui fait toute l’urgence politique du décloisonnement scalaire (« the political urgency of the question of scale » pour reprendre l’expression de Kelly Gillepsie) : le dedans des lieux d’enfermement, comme le dehors que nous habitons, sont tous deux coproduits. André-Frédéric Hoyaux rappelle combien chaque situation est liée à un dispositif de contrôle, de placement de l’autre, de contrôle de l’assignation à un emplacement particulier. Cela invisibilise le contrôle social sans empêcher, dedans, l’ambition institutionnelle de tout voir, tout savoir, tout ordonner.

Qui plus est, l’espace matériel semble une réponse toujours disponible face aux vertiges du droit. Tant pour la rétention administrative des étrangers en instance d’éloignement que pour la rétention de sûreté faisant suite à une incarcération, Barbara Bauduin et Nicolas Fischer montrent ainsi comment l’espace (son agencement, les choix de localisation, comme la visibilité critique qu’il permet, donnant prise aux enquêtes indépendantes) va servir de réponse au caractère problématique d’une codification juridique n’allant pas de soi dans une démocratie (l’enfermement non pénal ou post-pénal, difficilement acceptable dans un Etat de droit). Travailler la matière spatiale devient ainsi outil de gouvernement. Outil loin d’être absolu ou infaillible, bien sûr, quand on réduit l’espace à un simple agencement matériel. Comme le disait Olivier Razac à propos des lieux psychiatriques, la sécurité technique a finalement des moyens limités pour une finalité illimitée : concilier sécurité parfaite des lieux et soin réussi.

Saisir l’enfermement comme un processus, les lieux comme des institutions en construction (ou en cours de délabrement ?) permet de croiser les dimensions spatiales et temporelles comme le rappelait Dominique Moran, et de ne pas figer le regard. Penser l’enfermement par le prisme de la mobilité, de la fluidité, de l’hybridation, de la complexité aussi (à l’image des femmes péruviennes enfermées chez elles, parce que gardiennes du foyer), est-ce un simple appel post-moderne craignant les réifications, ou une exigence de décentrer le regard et sortir des seuls lieux intra-muros pour essayer de cerner ce qui finalement nous entoure ?

Puissent ces quelques lignes, qui ne prétendent pas du tout à l’exhaustivité vu le nombre et la richesse des communications, appeler d’autres points de débat et d’autres questionnements. Dominique Moran a d’ailleurs déjà publié un billet sur le colloque sur son blog Carceral Geography (Reflections on the TerrFerme Colloque: Prisons, Paradoxes and Interpretation). Les  questions que pose l’enfermement au chercheur, au citoyen, au praticien, à l’enfermé, sont multiples et foisonnantes. Et les réponses n’en sont qu’à leur début. C’est bien la conviction de l’équipe TerrFerme.

 

 

Parution du numéro de Cultures et Conflits sur l’enfermement

couv CC 90« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », voici le titre du dossier de Cultures et Conflits qui vient de paraître sous la responsabilité scientifique de Mathilde Darley, Camille Lancelevée et Bénédicte Michalon.

Il publie une partie des actes du colloque international et pluridisciplinaire tenu à Berlin en décembre 2011 « Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts » initié par Mathilde Darley et Camille Lancelevée et co-organisé avec Falk Bretschneider, Bénédicte Michalon et Thomas Scheffer en partenariat avec l’Université Humboldt (Berlin), le Centre Marc Bloch (Berlin), le programme de recherche TerrFerme (ANR / Conseil Région d’Aquitaine), le CRIA (EHESS), l’IRIS (EHESS) et l’Université franco-allemande.

Retrouvez les billets du carnet sur ce colloque: l’appel à communication, le programme du colloque.

« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », Cultures et Conflits, n°90, été 2013.

Non-Lieux de l’exil

Marie Morelle participera au séminaire Non-Lieux de l’exil qui aura lieu le 22 mai prochain (10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris; M°Quai de la gare, bus 89). Elle y sera discutante, avec Sébastien Ledoux (Paris I), de l’intervention d’Octave Debary (Université Paris-Descartes) sur le thème  “Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”.

Les Rencontres interdisciplinaires « Non-Lieux de l’exil » sont organisées par le programme scientifique du même nom (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris) avec la collaboration du groupe de recherche POexil (Université de Montréal), du Réseau Asie – Imasie (FMSH / CNRS) et du Cardiff Research Group on Politics of Translating (Cardiff University) ainsi que des Editions Non-lieu (Paris).

Les actualités de ces rencontres sont sur:

http://fr-fr.facebook.com/NonLieuxDelExil

et sur le carnet : http://nle.hypotheses.org/

Inscription recommandée auprès de : marine.sam@cnrs.fr

Parution : Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention

Ashgate_LogoBénédicte Michalon et Olivier Milhaud viennent de contribuer à l’ouvrage Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, coordonné par Dominique Moran, Nick Gill et Deirdre Colon et publié chez Ashgate. Cet ouvrage marque l’essor très récent d’une géographie des lieux de privation de liberté, et questionne plus spécifiquement l’emprisonnement et le placement d’étrangers en rétention administrative à partir de la mise à l’écart, des actions et des mobilités provoquées par l’enfermement.

A partir du cas roumain, l’article de Bénédicte Michalon éclaire la manière dont les mobilités participent des relations de pouvoir qui caractérisent le dispositif de rétention, en analysant tant la gestion des déplacements internes aux centres que les mobilités externes induites par le placement dans ces lieux de privation de liberté (« Mobility and Power in Detention : The Management of Internal Movement and Governmental Mobility in Romania », pp.37-55).

Olivier Milhaud a co-écrit, avec Dominique Moran, la contribution intitulée « Penal Space and Privacy in French and Russian Prisons » (pp.167-182). Ils y questionnent, à partir d’une comparaison franco-russe, les répercussions de l’organisation spatiale des lieux d’incarcération sur la capacité d’action des détenus, et plus particulièrement sur ce qui relève de leur intimité.

Quatrième de couverture : This book draws together the work of a new community of scholars with a growing interest in carceral geography: the geographical study of practices of imprisonment and detention. It combines work by geographers on ‘mainstream’ penal establishments where people are incarcerated by the prevailing legal system, with geographers’ recent work on migrant detention centres, where irregular migrants and ‘refused’ asylum seekers are detained, ostensibly pending decisions on admittance or repatriation. Working in these contexts, the book’s contributors investigate the geographical location and spatialities of institutions, the nature of spaces of incarceration and detention and experiences inside them, governmentality and prisoner agency, cultural geographies of penal spaces, and mobility in the carceral context. In dialogue with emergent and topical agendas in geography around mobility, space and agency, and in relation to international policy challenges such as the (dis)functionality of imprisonment and the search for alternatives to detention, this book presents a timely addition to emergent interdisciplinary scholarship that will prompt dialogue among those working in geography, criminology and prison sociology (http://www.ashgate.com/isbn/9781409442684).

Dominique Moran, Nick Gill, Deirdre Colon (Ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate, avril 2013, 250 p.

Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte

L’équipe TerrFerme est invitée à présenter ses recherches dans le cadre du groupe de travail « Traitements et contraintes » mis en place à la rentrée universitaire 2012 par une équipe de jeunes chercheurs de l’EHESS. Ce groupe de travail entend prolonger les réflexions développées dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs institutionnels qui s’était tenu à Paris les 13 et 14 juin 2012.

La première séance du groupe de travail aura lieu le 21 novembre 2012 et sera  consacrée au thème « Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte ». Elle fournira l’occasion à Mathilde Darley de revenir sur la méthodologie déployée pour enquêter sur les différents lieux d’enfermement étudiés dans le cadre du projet de recherche. La présentation s’appuiera sur l’article collectif rédigé au printemps 2012 par les membres de TerrFerme et intitulé « Les lieux d’enfermement : méthodologie de la contrainte » : celui-ci s’attache à analyser une expérience collective d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois types de lieux de confinement (prisons, centres de rétention pour étrangers, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère), soit dans des contextes marqués par une clôture plus ou moins prégnante et un fort contrôle institutionnel.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la démarche adoptée pour accéder à ces lieux a priori fermés à l’enquêteur, sur les contraintes rencontrées et les formes d’adaptation élaborées pour y répondre. L’article revient ensuite sur la pérennisation du dispositif d’enquête : une fois à l’intérieur des murs, le chercheur reste en effet tributaire de la fermeture et des rapports de pouvoir inhérents à ces espaces. Au final, il apparaît que la contrainte qui pèse sur ceux qui sont enfermés (détenus, étrangers en attente d’expulsion, travailleurs migrants) s’exerce aussi en permanence sur le chercheur. Les lieux de confinement sont marqués par des rapports de pouvoir dissymétriques dont l’enquêteur ne peut s’extraire. La complexité de l’entreprise ethnographique réside alors dans la capacité à saisir le caractère mouvant, fluctuant de ces rapports de pouvoir, perpétuellement recomposés.

 

Majid Eazadi : près de 5 années derrière les barreaux à Chypre

Vue sur la prison centrale de Nicosie à l’intérieur de laquelle se situe Block Ten

Par Olivier Clochard:

Juillet 2011. Je revois Madjid à Nicosie, nous nous sommes donné rendez-vous devant l’immeuble de l’association Kisa. En provenance de la rue piétonne Ledra street, il marche d’une manière déterminée, à coté du trottoir. En me voyant, il me fait des grands signes de la main. Arrivé à ma hauteur, il m’embrasse et d’une accolade très chaleureuse, il me remercie à plusieurs reprises. Puis il me demande si tout va bien, la famille, le voyage et le séjour à Chypre. Nous ne traînons pas car sa voiture située de l’autre côté de Ledra street, est mal stationnée. Après quelques minutes, nous montons dans une voiture qu’il a empruntée à son ami qui vit avec lui dans sa maison à Limassol. Il ne cesse de parler, de ses difficultés administratives, de son avenir. Il ne connaît pas la ville de Nicosie, il a toujours vécu à Limassol à l’exception des trois années où il a été maintenu dans le centre de rétention de Block Ten. Il roule à travers Nicosie sans savoir exactement où nous allons. Après avoir emprunté rues, boulevards et avenues dans la banlieue sud de Nicosie, nous reprenons la direction du centre de Nicosie. Nous nous arrêtons en bordure d’une place, dans la partie « nouvelle » de la ville. Une fois l’argent mis dans l’horodateur, nous tentons de chercher un café où nous pourrions discuter tranquillement. Madjid se ballade avec une mallette, je crois qu’à l’intérieur, il dispose d’un ordinateur portable, mais pas du tout : c’est une petite mallette où l’ensemble de sa correspondance avec l’administration est archivée. Notre recherche de café s’avère vaine, et nous décidons de reprendre la voiture pour aller dans le centre ville. Je lui indique les différentes rues à prendre, nous nous stationnons sur une place à proximité de la mosquée. Puis nous allons nous installer à la terrasse d’un bar-restaurant devant lequel je suis souvent passé sans m’y arrêter. Je prends une salade composée et Madjid prend un café glacé, c’est lui qui offre.

Kofinou

Il m’apprend qu’il est assigné à résidence à Kofinou, dans le centre d’accueil pour demandeur d’asile bien que Madjid ait été débouté de sa demande d’asile à deux reprises et qu’aujourd’hui, il n’ait pas entrepris d’autres démarches. C’est la police qui l’a transféré dans le centre à sa sortie de Block Ten. Il savait qu’il y serait conduit. Depuis sa sortie de rétention, il doit aller chaque semaine au poste de police de Kofinou, signer un document, et il doit également ne pas s’absenter plus de quarante-huit heures du centre. Il doit indiquer à chaque fois aux responsables du centre quand il sort et quand il pense revenir. Alors il ne cesse de faire des allers et retours entre le centre où il y passe une nuit sur deux environ, et sa maison à Limassol qu’il a entièrement refaite avant qu’il soit arrêté et conduit à la prison centrale de Nicosie où se situe Block Ten.

Il dit que les odeurs à proximité de Kofinou, demeurent insupportables. Les puanteurs proviennent de l’usine d’équarrissage voisine du centre. Un enfant d’une famille a du être hospitalisé il y a quelques mois, et selon lui, les malaises de l’enfant seraient dus à ces émanations. Depuis quelques semaines, les produits d’hygiène et la nourriture sont distribués aux résidents, de façon restreinte. Il parle également des agriculteurs des alentours qui viennent régulièrement à l’entrée du camp pour y recruter de la main d’œuvre. Les gens partent travailler aux aurores, en été de sept heures à vingt heures le soir. À travail égal, les salaires ne sont pas les mêmes pour tous, ils diffèrent selon la couleur de la peau des personnes. Ce comportement racial des employeurs perdure depuis des années : les personnes à la peau noire, souvent insultées par l’emploi du terme grec « mavro », sont payées entre quinze et vingt euros, les autres sont rémunérées autour de vingt-cinq euros. Madjid n’est jamais allé travailler dans les champs. Bien que les autorités lui interdisent, il dit qu’il aurait pu y aller. Il préfère aller de temps en temps travailler à Limassol sans être déclaré, cela lui permet d’avoir un peu d’argent pour ses cigarettes, ses déplacements en voiture et la nourriture. Par ailleurs, son ancien patron est prêt à le reprendre à partir du moment où les autorités chypriotes délivreront un titre de séjour à Madjid.

Durant sa période de rétention, il a toujours été maintenu à Block Ten et il n’a jamais changé de chambre. Lors de notre week-end à la plage, il me dit qu’il pourrait écrire au Guinness des records pour mentionner qu’il détient à ce jour le triste record d’avoir été maintenu en rétention en Europe, pendant plus de trois ans, dans la même cellule. C’est à se demander si les policiers n’y trouvaient pas leur compte en maintenant toujours Madjid à Block Ten, de par sa formation de mécanicien et chauffagiste, Madjid dit à plusieurs reprises avoir réparé les installations du centre (climatisation, douches, WC, etc.). Au départ, il a travaillé pendant près de deux ans à l’entretien du jardin, il n’a jamais eu accès au terrain de Basket à proximité duquel il y a Block 9, bâtiment où sont maintenus les femmes. Il dit bien qu’avec son ancienneté dans le centre, il était devenu en quelques sortes le porte-parole des prisonniers de Block Ten, toutefois chaque groupe ethnique à l’intérieur de Block Ten a son porte-parole.

Comme d’autres qui sont passés par la prison avant d’être détenus en rétention, il dit que les conditions de détention étaient meilleures lorsqu’il était enfermé dans la partie pénitentiaire de la prison de Nicosie, espace destiné aux prisonniers de droit commun et aux étrangers condamnés à une peine d’emprisonnement pour entrée ou séjour « irrégulier ». Pour lui, lorsqu’on est en prison, les personnes connaissent leur durée de détention et savent en conséquence la période à laquelle elles vont sortir. Il y a par ailleurs un cadre règlementaire, les gardiens par exemple interviennent à l’intérieur de l’espace carcéral lorsqu’il y a des différents entre les détenus, ce qui n’est pas toujours le cas à Block Ten. Le soir, il y a une heure où tout le monde doit être couché. Cette demande de limites peut paraître paradoxale pour des gens qui recherchent par tous les moyens, à être à l’extérieur. La préférence de la prison à Block Ten se joue aussi sur le terrain des périodes de promenades autorisées : en prison, il est possible chaque jour d’aller à l’extérieur du bâtiment où les prisonniers sont maintenus alors qu’à Block Ten, il est accordé au mieux aux étrangers une heure de sortie par jour. La nourriture y est également meilleure, elle est préparée par les prisonniers eux-mêmes. Autant de points qui font passer Block Ten pour un endroit pire qu’une prison. Il y a enfin le fait non négligeable qu’à Block Ten, « nous avons déjà un pied dehors, l’expulsion n’est jamais loin. Si ce n’est pas nous, ce sont des gars que tu côtoies au quotidien, et un jour, tu ne les voies plus ».

Madjid évoque les problèmes qu’il a eus avec un policier, un agent qu’il a tenté de soudoyer en lui donnant de l’argent pour qu’il sorte de rétention. Madjid dit qu’il n’est pas le seul à avoir (ou tenté d’avoir) eu recours aux services de ce policier corrompu. Bilan de l’opération : Madjid a perdu de l’argent et n’a pas été libéré pour autant. Il a porté l’affaire devant les tribunaux. Une première audience devait avoir lieu en septembre 2011, selon Madjid.

Suite à ce précédent billet, il semble que les autorités chypriotes auraient pris la décision de le libérer en mars 2011. Une dizaine d’autres personnes qui étaient maintenues depuis près de dix-huit mois, ont également été libérées. À son départ, Madjid a laissé toutes ses affaires aux autres détenus, à l’exception de ses effets personnels.

Sur la plage

Depuis Madjid me dit que chaque nuit, il se réveille, parfois c’est un cauchemar qui le sort de son sommeil. La nuit que nous passons sous la tente sur la plage, un cri viendra rompre le bruit des vagues…

En septembre 2011, j’apprends qu’il a été à nouveau incarcéré au moment où il allait pointer au commissariat (même pour un étranger qui a obtenu un titre de séjour après avoir été en situation irrégulière à Chypre, celui-ci peut être ensuite arrêté et conduit en rétention pour le seul fait d’avoir été sans papier à un moment donné de sa vie). Est-ce lié au procès qui devait avoir lieu ? Il passera plusieurs semaines, enfermé dans le commissariat de Kofinou – sans pouvoir sortir – avant d’être transféré à Block 10. Ce statut de leader qu’il avait acquis avec le temps durant la précédente période de rétention, il ne le retrouvera pas après sa nouvelle arrestation. Au-delà du fait d’être enfermé une fois de plus, le fait de revenir dans un lieu avec une position sociale différente de celle qu’il avait quand il a quitté Block Ten au printemps 2011, explique sans doute les grandes difficultés psychologiques dans lesquelles se trouve Madjid à l’automne 2011.

Octobre 2012, cela fait plus d’un an qu’il est enfermé, et près de cinq années si on fait le cumul des périodes passées derrière les barreaux. Or « Lorsqu’il apparaît qu’il n’existe plus de perspective raisonnable d’éloignement pour des considérations d’ordre juridique ou autres (…) ne sont plus réunies, la rétention ne se justifie plus et la personne concernée est immédiatement remise en liberté ». Article 15 de la Directive 2008/115/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. Directive que l’État chypriote a transposée.

Aujourd’hui Chypre est présidente de l’Union européenne jusqu’en décembre 2012, et Majid Eazadi est toujours derrière les barreaux. Jusqu’à quand ?

Graphique des périodes d’enfermement: Parcours_enfermement_Eazadi

Crédits photographiques: Olivier Clochard

Objets et enfermement : Compte-rendu

Marie Morelle propose un compte-rendu du séminaire de Terrferme qui s’est tenu le 9 mars dernier sur le thème « Objets et enfermement ».

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

Participants : David Scheer (Université Libre de Bruxelles), Louise Tassin (URMIS), Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), Olivier Razac (CIRAP), Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), Marie Morelle (Prodig, Terrferme).

Ce séminaire avait pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il pouvait s’agir de ceux liés explicitement à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance ou d’objets a priori plus anodins mais dont l’existence et les usages pouvaient prendre un sens spécifique en situation de contrainte.

En filigrane, partir de ces objets devait permettre de continuer à réfléchir aux processus, situations et lieux d’enfermement.

Plusieurs thèmes ont pu être dégagés à l’issue des discussions.

Objet et rapports de pouvoir

Il a été rappelé combien les usages de certains de ces objets s’inscrivent dans des rapports de pouvoir : ils produisent l’enfermement, le rappellent (les portes, le PSE et PSEM), norment les usages. On peut d’ailleurs relever la complexification des dispositifs. Leur usage est souvent monopolistique et peut donner lieu, le cas échéant, à des négociations et des arrangements (les clefs et les serrures), malgré tout dans le cadre de rapports de domination (l’usage d’un briquet, les documents administratifs). Dans le même esprit, on peut noter des processus de dépossession : des objets et des usages sont interdits. Leur catégorisation est aussi au cœur d’enjeux de pouvoir (objets religieux, sacrés).

Cela n’empêche nullement des contournements et des détournements : posséder un objet malgré son interdiction, en faire un usage détourné.

Objet et rapports sociaux

Les objets donnent lieu à des rituels et des transmissions. Ils traduisent des savoir-faire et permettent la constitution et l’intégration à des groupes sociaux (une économie du geste). Ils sont au cœur de transactions et d’échanges. On peut penser à l’échange d’un briquet entre retenus comme à l’apprentissage pour les surveillants du fonctionnement d’une serrure.

Ils sont aussi au cœur d’échanges entre l’intérieur et l’extérieur (cadeaux, objets religieux). Ils participent donc des multiples circulations entre dehors et dedans, jusqu’à redéfinir la limite de l’enfermement (cas du bracelet électronique).

Objet et valeur

Dans un contexte de dénuement et, en général, de mise à l’écart, on est amené à se demander comment l’objet peut être investi. Comment entrent en jeu et sont définis ses qualités techniques, son caractère sacré, esthétique et affectif, pour le doter d’une valeur. L’objet banal acquiert dans le contexte d’une économie de la rareté et de la pauvreté, un statut extra-ordinaire : il est requalifié par le processus d’enfermement.

Objet et identité

La présence et les usages de l’objet sont au service de stratégies identitaires, de production et de mise en scène de soi (objets religieux, photographies), également d’assignation. Mais parce qu’ils sont porteurs d’images d’un soi dont on voudrait s’éloigner, signes d’une période douloureuse, ils peuvent aussi être jetés ou oubliés.

Objet et espace

Les objets permettent d’habiter l’espace. Les objets circulent, parfois plus que les individus eux-mêmes. Ils matérialisent des circulations et des seuils à franchir. Ils mettent aussi en circulation des univers sociaux, le lieu de l’enfermement et l’extérieur.

Ils ne sont pas situés au hasard au sein des lieux d’enfermement, exposés ou cachés.

Ils sont au fondement de processus d’appropriation d’espaces au départ standardisés (les parloirs, les espaces de prière, la cellule, le dortoir). Ils permettent de moduler les espaces au fil du temps (d’une journée, d’un séjour) au service, par exemple, de l’intimité (le parloir, le lit) ou de l’identité. Leur situation les dote d’une valeur (lit superposé).

Ils renvoient aussi à l’espace du corps (photographie), aux sens (PSEM), au sensible (le linge).

Carrière de l’objet et temporalités

Les objets ont une vie, depuis leur fabrication jusqu’à leurs usages et parfois leur disparition.

Ils sont gardés, transmis, parfois jetés (documents administratifs). Ils sont des traces et portent des traces. Ils peuvent être supports de mémoire.

Ils ont parfois plusieurs vies : ils connaissent des métamorphoses, souvent par le simple fait d’être situés et utilisés dans des contextes d’enfermement. On peut supposer que leurs usages évoluent dans le temps (lit et extensions) et qu’ils révèlent des cycles, des temporalités.

Objet comme indice

L’objet peut se muer en preuve judiciaire. De la même manière, il renvoie à la démarche du chercheur en quête d’informations.

Objets et enfermement

Le prochain séminaire de Terrferme se tiendra le 9 mars 2012 à la Maison des Suds (Pessac) sur le thème « Objets et enfermement ». En voici le programme:

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

9h00 : Accueil des participants

9h30 – Table-ronde 1 : Objet et rapports de pouvoirs

– David Scheer (Université Libre de Bruxelles), « La prison de murs troués… Une micro-architecture carcérale de l’embrasure »

Franck Enjolras (IRIS, EHESS), « La discrétion policière aux frontières : usages et pratiques du menottage au cours de la procédure de rétention »

– Louise Tassin (URMIS), « De l’interdit à l’incendie, éléments de réflexion autour des briquets dans un centre de rétention administrative »

Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), « Etrangers en rétention avec beaucoup de papiers »

Olivier Razac (CIRAP), « Objets de la traçabilité »

11h00 : Discussion

12h30-14h00 : déjeuner

14h00 – Table-ronde 2 : appropriations et circulations

Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), « La religion en prison racontée par les objets »

Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), « Le lit, objet et lieu. Micro-géographie d’une chambre de travailleurs migrants dans un labour camp au Qatar »

– Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), « Se dépouiller, se parer, mettre en scène et échanger : les objets au parloir »

Marie Morelle (Prodig, Terrferme), « Les portraits à la prison centrale de Yaoundé, Cameroun. Le détenu et ses doubles »

15h30 : Discussion

16h30 : Discussion générale, perspectives

17h00 : fin du séminaire

Contacts

Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr

Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux

Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac

Appel à communications : Objets et enfermement

Séminaire Terrferme: Objets et enfermement

Date: 9 mars 2012

Lieu: ADES, Maison de Suds (Pessac)

 

Depuis 2009, notre équipe TerrFerme composée de chercheurs en géographie et en sciences politiques appréhende la notion d’enfermement par l’étude de centres de rétention, de prisons et de logements fermés de travailleurs migrants, dans différents Etats.

L’un de nos axes d’analyse privilégie la compréhension des processus individuels et collectifs d’appropriation d’un espace contraint. Dans cette optique, lors de nos observations et de certains de nos entretiens, nous avons remarqué l’existence récurrente d’un certain nombre d’objets matériels, d’un terrain à l’autre, aux utilisations et aux sens variés. Si certains relèvent du registre disciplinaire et sécuritaire, d’autres renvoient aux tactiques d’adaptations des « enfermés » voire à certaines dynamiques de résistance. A titre d’exemple, en France, dans son rapport annuel de 2008, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté dénonce la classification en « objets dangereux » des soutiens-gorge et des lunettes, au même titre que les lacets et les ceintures. Ces objets sont retirés à la personne incarcérée, au risque de remettre en cause la dignité de celle-ci.

Notre séminaire a pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il peut s’agir de ceux classiquement liés à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance (menottes, entraves, œilletons, caméras) ou défensive (les couteaux et armes de fortune) et souvent illégaux ; ou à l’inverse, à des objets pensés comme « éducatifs » (Dirsuweit, 1999), non exempts de détournements de la part des « enfermés » (maquillage, matériel de coiffure et couture) : les objets de l’enfermement. Dans cette lignée, l’importance et le sens de la création artisanale voire artistique ont pu être étudiés (Gessat-Anstett, 2007). On peut aussi discuter d’objets a priori plus anodins (les objets dans l’enfermement) (photographie, bijou, livre, etc.) et dont l’existence et les usages prennent peut-être un sens spécifique en situation de contrainte. Ces objets nous révèlent les tentatives et les stratégies pour préserver et pour conquérir des espaces d’intimité, pour maintenir des liens avec « l’extérieur » ou asseoir un pouvoir au sein d’un espace donné. L’objet est une part de soi mis en scène. Il est aussi un repère dans les rythmes familiers (Kaufmann, 1997). La question de son agencement et de sa position dans l’espace nous intéressera dans la mesure où les lieux de l’enfermement sont aussi ceux de l’exigüité. L’armoire, la valise, le lit ou le casier sont des contenants qui permettent le stockage d’autres biens mais dont la propriété n’est pas toujours permise à tout le monde. La fabrication parfois, la possession et la circulation de ces objets ou d’autres plus recherchés peuvent être sources de tensions entre individus, parfois source de pouvoir pour les institutions. En définitive, les objets dont un « enfermé » est dépouillé lors de l’incarcération, ceux qui lui sont accordés au titre d’un certain nombre de droits (médicaments), ceux qu’il cache (téléphone portable) et ceux qu’il revendique (papiers d’identité) donnent à voir des faits et des processus sociaux propres aux espaces de l’enfermement.

Ce séminaire ne souhaite pas se doter d’une ligne directrice trop définitive. Au contraire, il a pour objectif de faire émerger des questions diverses. Il faudra aussi discuter de la notion même d’objet, et son intégration à la démarche méthodologique. Comment observer un objet, l’analyser et en restituer le sens ?

La journée se déroulera sous la forme de présentations courtes, éventuellement réunies en plusieurs tables rondes thématiques, selon les propositions reçues. Ces interventions présenteront un objet en particulier (10 à 15 mn à chaque fois) et seront suivies d’un temps de discussion animé par des intervenants extérieurs (20 mn), La journée se terminera par une réflexion plus générale et transversale.
Les notes d’intention ( 3 pages soit 15 000 signes espaces compris) ) sont à envoyer avant le 9 février 2012 aux organisateurs (contacts ci-dessous).

Références bibliographiques

-Artières Philippe, Laé Jean-François (dir.), 2009, L’asile aux fous. Un lieu d’oubli, Presses Universitaires de Vincennes.
-Contrôleur général des lieux de privation de liberté, 2008, Rapport d’activité, Paris.
-Dirsuweit T., 1999, « Carceral Spaces in South Africa: A Case Study of Institutional Power, Sexuality and Transgression in a Women’s Prison », Geoforum, vol. 30, pp.71-83.
-Gessat-Anstett Elisabeth, 2007, « Résister à l’outrage. Un musée de l’institution concentrationnaire soviétique », Gradhiva, 5, pp. 96-101.
-Goffman E., 1968, Asiles. Etudes sur la condition des malades mentaux, Paris, Editions de Minuit.
-Kaufman, J.C., 1997, « Le monde social des objets », Sociétés contemporaines, n°27, pp.111-125.
-Majerus Benoît, 2011, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, vol.1, n°82, pp.95-119.

Contacts:
Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr
Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr
Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

Lieu: ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux
Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac

Article sur le site du Monde.fr

Migreurop vient de publier un rapport intitulé Aux frontières de l’Europe : contrôles, enfermement et expulsions, avec la participation de Terrferme. Ce rapport fait l’objet d’un article paru sur le site du Monde.fr aujourd’hui. Une partie de ce rapport concerne les travaux d’Olivier Clochard sur les passagers clandestins maritimes.