Vient de paraître

Natures_Memoires L’ouvrage Natures, miroirs des hommes? vient de paraître sous la direction de Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage chez L’Harmattan, collection Géographie et Cultures. Olivier Milhaud y a rédigé le chapitre « Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus ».

En voici le résumé:

L’incarcération n’est pas seulement une privation de liberté. Elle est aussi une privation de « nature », si l’on réduit ce mot à sa définition minimale du règne animal et végétal, au vivant non-humain. L’architecture carcérale, ultra-fonctionnaliste, et les contraintes sécuritaires expliquent cette absence de nature végétale. De l’extérieur, le mur d’enceinte manifeste de manière éclatante ce règne du minéral. A l’intérieur, les détenus s’accrochent à toute trace de végétal et d’animalité. Le moindre pigeon ou la moindre plante permet une sortie du cadre carcéral, le rappel d’une temporalité non pénitentiaire, marquée par les saisons, l’évidence d’une mobilité animale par-delà les murs, et donc un effacement en quelque sorte de la peine et de la privation de nature que semble imposer l’incarcération. Alors que les architectes de prison essaient de réintroduire des parterres gazonnés ou de la végétation basse entre les murs, alors que des projets de jardin en prison se développent, pourquoi donc tant de détenus tiennent à s’asseoir dans l’herbe, embrasser un arbre, ou voir la mer, au moment de leur sortie de prison? C’est la même réduction d’une nature à la fois essentielle et minimale – ce qui n’est pas humain mais permet de le devenir – qui guide les expériences de zoothérapie en prison. Derrière une conception qui pourrait paraître minimaliste de la nature (réduite à du végétal ou de l’animal), se cache toute une profondeur vitale des besoins de nature.

Milhaud, Olivier. Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus. In Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage (Dir.) Natures, miroirs des hommes?. Paris : L’Harmattan, 2014, p. 317-328 ( Géographie et Cultures).