La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir

logo_armand_colinMarie Morelle a publié un article dans le dernier numéro des Annales de Géographie, des éditions Armand Colin:

« La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir » Annales de Géographie, n°691, juin 2013, pp. 332-356.

Cet article traite du fonctionnement interne de la prison centrale de Yaoundé (Cameroun). Construite en 1968 pour accueillir 1 000 prisonniers, celle-ci abrite environ 4 000 détenus, répartis de manière très inégalitaire. De tels effectifs influent sur les processus de contrôle de l’espace carcéral. On constate l’émergence d’une gestion de la prison fondée sur une double hiérarchie dans le travail de surveillance : les gardiens exercent leur contrôle sur les détenus tout en déléguant une partie de cette tâche à certains prisonniers. Selon un système de don-contre-don, des détenus accèdent ainsi à de relatifs privilèges durant leur incarcération. Ils surveillent des espaces et des seuils au sein de la prison : ils en tirent une rente et un statut. D’autres prisonniers encore ont recours à la corruption des agents de l’administration pénitentiaire. Des logiques informelles de régulation et de pacification de l’espace carcéral côtoient ainsi des pratiques plus formelles. Ensemble, elles produisent un dispositif de pouvoir, garant du maintien de l’ordre en prison. Cet article étudie les rapports de pouvoir entre les personnels de l’Administration pénitentiaire et les détenus d’une part, et entre les détenus d’autre part, dans leur dimension spatiale, en étudiant en particulier les circulations internes à la prison centrale de Yaoundé.

Olivier Milhaud lauréat du Prix Gabriel Tarde, prix français de criminologie

La thèse d’Olivier Milhaud, Séparer et punir, les prisons françaises mises à distance et punition par l’espace a été récompensée du Prix Gabriel Tarde, dont la gestion est assurée par l’Association française de criminologie , dans le but de « promouvoir la recherche et les enseignements de toutes les disciplines qui participent au développement de la criminologie ».

Le jury de la session 2010-2011 s’était réuni début octobre sous la présidence de Christian Nils Robert, professeur honoraire de droit pénal et de criminologie, avocat, expert au Comité européen de prévention de la torture.

Né en 1978, Olivier Milhaud est maître de conférences en géographie à l’Université Paris 4 Sorbonne. Normalien, agrégé et docteur en géographie, il travaille sur l’espace carcéral. Soutenue en 2009 à l’Université de Bordeaux 3, sa thèse avait déjà reçu le Prix de thèse de l’Université de Bordeaux en 2010.

Colloque au Centre Marc Bloch de Berlin

Le colloque « Pratiques, Acteurs et Espaces de l’Enfermement : Circulations et Transferts » aura lieu au Centre Marc Bloch de Berlin du 1e au 3 décembre 2011.

Il est organisé par le Centre Marc Bloch de Berlin (Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales), le programme de recherche TerrFerme, la section de sociologie du droit de l’Association allemande de sociologie et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne de Paris (UMR 8131 EHESS-CNRS).

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans ce mouvement amorcé de désenclavement de l’analyse des lieux d’enfermement, tout en visant plus spécifiquement la mise en perspective de la prison, de l’enfermement des étrangers (rétention) et de l’hôpital psychiatrique. Il nous semble en effet que ces lieux ont connu dans le passé et connaissent à nouveau aujourd’hui des évolutions qui, sans remettre en cause leurs objectifs particuliers, rendent pertinent leur rapprochement analytique. Le colloque visera notamment à interroger les pratiques, les acteurs et les espaces de l’enfermement sous l’angle de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution fermée à l’autre : il s’agira alors de mettre en lumière les éventuels effets de ces circulations sur les différentes institutions elles-mêmes, sur leurs agents (enfermants et enfermés, mais aussi acteurs extérieurs), sur leurs structures organisationnelles et spatiales, mais aussi sur la construction de leur image publique.

Le programme est accessible ici : Programme_Berlin_2011

Comité scientifique :

Le colloque est soutenu financièrement par l’Université franco-allemande.

Crédits photographiques: Centre Marc Bloch

 

Punition par l’espace

Olivier Milhaud a publié un article sur la prison dans le journal Libération le 1er juillet dernier: Une punition par l’espace, comme le bagne ou l’exil. Analyse: L’administration impose aux architectes des contraintes incompatibles. Lire l’article en ligne.

Appel à communications

Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement :

circulations et transferts

Colloque international organisé par le Centre Marc Bloch de Berlin (Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales), le programme de recherche ANR TerrFerme, la section de sociologie du droit de l’Association allemande de sociologie et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (UMR 8131 EHESS-CNRS) Paris.

Berlin, 1er au 3 décembre 2011

Comité scientifique :

Falk Bretschneider, EHESS/CRIA, bretschn@ehess.fr

Mathilde Darley, CNRS/Centre Marc Bloch, programme TerrFerme, mathilde.darley@gmail.com

Camille Lancelevée, EHESS/IRIS, Centre Marc Bloch, camille.lancelevee@gmail.com

Bénédicte Michalon, CNRS/ADES, programme TerrFerme, b.michalon@ades.cnrs.fr

Thomas Scheffer, Humboldt-Universität/Institut für Europäische Ethnologie, scheffer@law-in-action.org

Les lieux d’enfermement – prisons, hôpitaux, monastères, centres de rétention, centres éducatifs, casernes, etc. – ont fait l’objet ces dernières décennies d’un nombre croissant de travaux historiques et sociologiques. Une partie de ces recherches, doublement inspirée des projets goffmanien et foucaldien d’étude des « institutions totales » et des « institutions disciplinaires », a notamment permis d’affiner la compréhension sociologique de ces lieux en encourageant leur appréhension par l’ethnographie. Un autre volet de recherche très fourni a porté sur leur inscription dans l’histoire, en visant notamment à mettre en évidence les éventuelles continuités existant entre les formes contemporaines de confinement et leurs précédents historiques. Ces différents travaux ont ainsi permis de dégager des « modèles » permettant de penser ensemble les différentes formes de gouvernement des populations par l’enfermement. Ils ont également contribué à mettre en évidence les superpositions pouvant exister entre ces différentes institutions, par exemple en termes de groupes enfermés ou de pratiques et de logiques d’enfermement.

Cet appel à communications s’inscrit dans ce mouvement amorcé de désenclavement de l’analyse des lieux d’enfermement, tout en visant plus spécifiquement la mise en perspective de la prison, de l’enfermement des étrangers (rétention) et de l’hôpital psychiatrique. Il nous semble en effet que ces lieux ont connu dans le passé et connaissent à nouveau aujourd’hui des évolutions qui, sans remettre en cause leurs objectifs particuliers, rendent pertinent leur rapprochement analytique.

Cette rencontre scientifique visera notamment à interroger les pratiques, les acteurs et les espaces de l’enfermement sous l’angle de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution fermée à l’autre : il s’agira alors de mettre en lumière les éventuels effets de ces circulations sur les différentes institutions elles-mêmes, sur leurs agents (enfermants et enfermés, mais aussi acteurs extérieurs), sur leurs structures organisationnelles et spatiales, mais aussi sur la construction de leur image publique. On pourra décliner ces questionnements en quatre grands champs d’investigation :

1. Circulations et transferts des acteurs et des catégories

Au fondement de toute institution fermée, on trouve d’abord la labellisation de personnes ou groupes de personnes comme « déviantes », labellisation qui justifie l’enfermement. Dans la perspective qui nous intéresse ici, il s’agira de s’interroger sur les catégories mobilisées par les différents types de lieux : quelles sont-elles et dans quelle mesure se recoupent-elles ou s’alimentent-elles mutuellement, non seulement dans les pratiques des professionnels mais aussi dans les éventuelles réappropriations des catégories par les enfermés eux-mêmes ?

La question des circulations de catégories d’une institution à l’autre pose également celle, plus concrète, des formes de passage existant entre les différents lieux de privation de liberté retenus ici. En histoire, les passages soit au sein des « institutions combinées » de l’époque moderne, soit entre différents établissements fermés (prisons, maisons de travail, asiles psychiatriques, etc.) au 19e siècle ont fait l’objet de différents travaux. Les analyses contemporaines n’ont en revanche que marginalement porté sur ces formes de passage et ont par ailleurs montré que, si elles existent, elles ne sont généralement pas interrogées – les institutions concernées étant souvent pensées et se pensant elles-mêmes de façon autonome.

Dans une perspective diachronique ou synchronique, quels visages ces circulations revêtent-elles donc (passages d’un lieu à l’autre des personnes enfermées, des intervenants extérieurs, des professionnels) ? Quels effets ont-elles sur les manières dont le lieu d’enfermement est « pratiqué » et sa population « catégorisée » par les différents acteurs qui l’habitent ?

2. Production et reproduction d’un ordre interne

Selon la typologie goffmanienne des « institutions totales », celles-ci se définissent par un certain nombre de caractéristiques et de pratiques communes : une clôture (apparemment stricte) vers l’extérieur, une vie en communauté dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées, la négation de l’identité des enfermés au profit d’une assignation et d’un rôle définis par l’institution. Qu’en est-il lorsqu’on analyse de plus près ces pratiques de maintien de l’ordre au sein de différents lieux d’enfermement ? Il s’agira d’en saisir à la fois les similitudes et les divergences selon les lieux fermés étudiés, à partir par exemple des règlements intérieurs, des rituels lors de l’arrivée ou du départ des enfermés, de l’organisation du quotidien (travail, temps libre, pratiques religieuses, etc.) et de la surveillance, des sanctions, mais aussi des conditions matérielles de l’enfermement, tant pour les enfermés (alimentation, accès aux soins, à la famille, etc.)  que pour les enfermants (pratiques contraignantes, soignantes, etc.) .

Se pose notamment la question de savoir comment la situation d’enfermement est vécue selon les différents lieux fermés et par les différents groupes d’acteurs (enfermés et enfermants) : y a-t-il une expérience commune à l’ensemble de ces institutions ? Quelles pratiques spécifiques (de résistance, d’adaptation ou de contournement pour les enfermés / de légitimation de la force pour les enfermants) se développent au sein des lieux d’enfermement et comment évoluent-elles en fonction des changements politiques, économiques, sociaux ou spatiaux qui les accompagnent ?

3. Pratiques spatiales : transformations des espaces de pouvoir

L’historiographie des milieux clos met à jour, eu égard au modèle spatial mobilisé, la perpétuation étonnante d’un même schéma – celui du monastère. En effet, le cloître a fourni un archétype puissant de l’enfermement, au sens figuré et au sens très concret des usages spatiaux (en témoigne la conversion d’anciens couvents en hôpitaux, en maisons de correction ou en prisons en Allemagne après la Réforme ou en France au moment de la Révolution). Il s’agira donc de s’interroger non seulement sur les modèles spatiaux mobilisés pour l’aménagement des différentes institutions closes, mais aussi sur les transformations qui ont pu s’opérer à travers des utilisations diverses. Dans cette perspective, un intérêt particulier sera porté aux effets de transferts des pratiques spatiales d’une institution à l’autre (à titre d’exemple, les effets de l’évolution des technologies de sécurité carcérale sur l’organisation spatiale d’autres types d’établissements fermés, l’incidence de l’expérience du camp colonial sur les usages spatiaux pratiqués en métropole, ou encore la perpétuation de « l’asile » dans des enfermements psychiatriques modernes).

L’accent portera en outre sur les pratiques spatiales / spatialisantes (officielles ou non) des acteurs et visera à identifier en quoi l’espace participe de la structure de pouvoir établie au sein du lieu d’enfermement. Il s’agira également de se demander dans quelle mesure l’espace est lui-même l’objet de réappropriations par les enfermés et/ou les enfermants, voire participe des stratégies de contestation de l’ordre et des rôles établis.

4. Ouvertures / Fermetures des lieux d’ « enfermement »

L’analyse des espaces de l’enfermement fournira enfin l’occasion de revenir sur les liens entre intérieur et extérieur. D’une part, l’histoire de l’enfermement montre une fermeture progressive, depuis les institutions de l’époque moderne aux frontières poreuses jusqu’aux établissements du 19e siècle aux murs et portails a priori hermétiquement fermés. De même, l’évolution actuelle des lieux de privation de liberté est généralement décrite comme marquée par une fermeture accrue[1]. Cette fermeture supposée est-elle effectivement observable dans les manières dont le lieu d’enfermement est pratiqué – et si oui à quels niveaux ?

D’autre part, on remarque également un mouvement d’ouverture (imposée ou voulue) de ces institutions sur l’extérieur. Depuis le 19e siècle, le nombre d’associations et d’intervenants (associations religieuses ou philanthropiques, médecins, inspecteurs, parlementaires, puis travailleurs sociaux, psychologues et autres intervenants du monde de l’action sociale) présents dans les lieux de privation de liberté n’a cessé de croître ; s’est en outre récemment ajoutée la mise en place de structures dédiées à leur contrôle – tel le Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté en France ou, au niveau européen, le Comité européen pour la Prévention de la Torture. En quoi l’intrusion d’acteurs extérieurs (et éventuellement de « contrôleurs ») modifie-t-elle l’image de l’institution fermée (celle qu’elle donne et/ou celle qu’elle souhaite donner) mais aussi ses pratiques internes, de maintien de l’ordre notamment ?

Les contributions proposées dans le cadre de cet appel devront donc s’intéresser, dans une perspective historique ou contemporaine, aux pratiques, aux acteurs et aux espaces de l’enfermement et aux effets de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution à l’autre. Les communications proposant une approche empirique, « en actes », de ces institutions seront privilégiées. Les institutions retenues pour l’appel à communications (prison, rétention et hôpital psychiatrique) pourront éventuellement être confrontées à d’autres types de lieux (locaux de gardes à vue, centres éducatifs,  « labour camps », mais aussi camps, hôpitaux, casernes, etc.) si l’approche retenue pour le colloque y apparaît pertinente.

Organisées par le Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales de Berlin (Centre Marc Bloch), le programme de recherche TerrFerme (hébergé par le laboratoire ADES de Bordeaux), l’Institut d’Ethnologie Européenne de l’Université Humboldt à Berlin et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne à Paris, cette manifestation vise tant à promouvoir le dialogue interdisciplinaire qu’à encourager la mise en perspective internationale. Nous accueillerons donc très favorablement les études s’inscrivant dans différents contextes nationaux, à l’échelle européenne ou mondiale. Toutefois, pour des raisons pratiques de traduction des communications, les langues d’intervention devront être l’allemand, l’anglais ou le français.

Les propositions, sous la forme d’un résumé de 300 mots environ, devront nous parvenir à l’adresse enfermement@googlemail.com avant le 15 mai et préciser, autant que faire se peut, les possibilités de financement de l’intervenant. Seuls les participants dont les institutions de rattachement ne peuvent prendre en charge le déplacement et/ou l’hébergement pourront voir leurs frais totalement ou partiellement remboursés.

[1]Voir l’augmentation du recours à la détention provisoire, la mise en place de mesures de contention pour faire face à la délinquance juvénile, le développement de structures de rétention post-pénales, ou encore la création de dispositifs sécurisés en psychiatrie.

Expériences associatives en rétention

Du 16 au 18 janvier 2011 s’est tenue à Vienne (Autriche) une conférence œcuménique sur le thème : « Assistance spirituelle et conseil en rétention » (“Beratung und Seelsorge in der Schubhaft“), organisée à l’initiative des acteurs religieux intervenant en rétention en Allemagne et en Autriche et réunissant des représentants d’associations caritatives et non caritatives en Suisse, Hollande, Finlande, Norvège, France, Allemagne et Autriche.

Deux membres du programme TerrFerme (Mathilde Darley et Bénédicte Michalon) y avaient été conviés par le pasteur intervenant dans le centre de rétention allemand dans lequel Mathilde Darley mène depuis plusieurs mois une enquête. Il était en effet chargé de l’organisation d’une table ronde dédiée à la confrontation transeuropéenne d’expériences associatives en rétention et s’avère par ailleurs très intéressé par le développement des échanges entre chercheurs et acteurs de terrain.

La conférence a notamment mis en évidence la spécificité du contexte allemand mais aussi, dans une moindre mesure, autrichien, suisse ou hollandais, où les acteurs religieux jouent souvent un rôle fondamental dans l’assistance aux retenus. Ainsi, dans certains Länder allemands, ils sont les seuls autorisés à pénétrer sur une base régulière dans l’espace de la rétention et disposent d’un accès relativement large aux retenus eux-mêmes, mais aussi à leurs dossiers juridiques et médicaux. L’équilibre des forces en présence reste toutefois précaire et les conditions d’accès des acteurs religieux à l’univers rétentionnaire dépendent avant tout des relations entretenues avec l’administration policière. Les acteurs religieux soulignent ainsi unanimement les entraves existant à leur prise de parole publique sur la rétention : le maintien de leur position en rétention est généralement conditionné à l’absence de critiques formulées publiquement sur le fonctionnement du dispositif d’enfermement et d’expulsion des étrangers.

Ils occupent de ce fait une position à priori inconfortable dans l’univers de la rétention : alors que les retenus voient en eux des « porte-parole » susceptibles de sensibiliser l’opinion publique à la question de l’enfermement des étrangers à des fins d’expulsion, les autorités policières cherchent la plupart du temps à encadrer strictement l’intervention des acteurs religieux en rétention et à la limiter à l’assistance spirituelle qui justifie généralement leur présence. Or la question de savoir s’il est possible d’intervenir en rétention sans s’engager dans une forme d’assistance juridique aux retenus est une question récurrente dans le monde associatif religieux. Si certains, en Allemagne notamment, ne peuvent concevoir leur mission en rétention sans une dimension d’assistance juridique et de défense des droits des retenus (par la mobilisation d’avocats spécialisés notamment), d’autres ont au contraire intégré cette limitation de leurs activités à la sphère religieuse et ne la remettent pas en cause – non pas tant parce qu’ils adhèrent à une conception de leurs activités consacrant le primat de l’assistance spirituelle sur l’assistance juridique et/ou matérielle que parce qu’ils ont conscience de la fragilité de leur position en rétention. En acceptant de se plier aux injonctions policières, ils évitent avant tout que ne soit remise en cause leur autorisation d’entrée dans les lieux d’enfermement.

En offrant la possibilité aux acteurs de terrain de différents pays européens de revenir sur les conditions de leur intervention auprès des étrangers retenus, la conférence de Vienne a notamment permis de mettre en lumière les différences fondamentales existant entre les centres de rétention d’un pays à l’autre (voir, en Allemagne ou en Autriche par exemple, d’une région à l’autre), notamment en regard de l’accès au droit des retenus. L’accent a notamment été mis sur la situation autrichienne, dont le caractère jugé très préoccupant par les acteurs religieux avait motivé la tenue de la conférence à Vienne. Depuis plusieurs années déjà, les acteurs religieux et non religieux jusqu’alors en charge de l’assistance aux retenus se sont vus progressivement évincer des centres de rétention autrichiens à la suite d’appels d’offres lancés par le ministère de l’Intérieur et systématiquement remportés par une organisation non gouvernementale créée dans la deuxième moitié des années 2000 et caractérisée par sa grande proximité avec le ministère. De ce fait, l’assistance juridique aux retenus n’est plus assurée et très peu d’informations sont disponibles sur les conditions de rétention, l’accès aux soins, les recours possibles, les pratiques d’expulsion, etc.

La rencontre de Vienne a cependant également été l’occasion, pour les acteurs de terrain réunis, d’aborder la question de leur positionnement éthique et déontologique en rétention. Les arrangements nécessaires avec l’autorité policière font ainsi craindre à nombre d’entre eux de faire finalement partie du dispositif de contrôle des retenus en contribuant à les apaiser et en facilitant ainsi leur enfermement puis leur expulsion. Si certains acceptent de jouer le rôle d’ « agents pacificateurs » et délivrent, en situation de crise notamment, une assistance spirituelle tant aux « enfermés » qu’aux « enfermants », d’autres voient au contraire dans le fait d’être « du côté des victimes » le cœur de leur mission. Cette perception de l’univers rétentionnaire comme clairement scindé en deux camps, celui des « victimes » et celui des « coupables », les amènent à refuser toute forme de « compromission » avec les enfermants. Cette conception des retenus comme « victimes » est notamment étayée par une mise en perspective récurrente des conditions d’enfermement faites aux détenus de droit commun avec celles faites aux étrangers placés en rétention. Il en découle un sentiment d’indignation, que les acteurs religieux présentent comme « légitime » : alors même que les étrangers retenus « n’ont commis aucun crime », ils sont soumis à des conditions d’enfermement plus strictes, dans des établissements plus vétustes et avec un accès aux acteurs juridiques plus restreint (voire inexistant) que les détenus de droit commun.

Cette opposition entre rétention et prison semble jouer un rôle structurant, pour nombre d’acteurs (religieux ou non) intervenant en rétention, dans la définition de leur rôle et la perception de leurs « publics ». Les débats traversant voire divisant la sphère non gouvernementale quant au qualificatif même de « victime » et à son apposition au migrant enfermé invitent donc à s’interroger plus avant sur les caractéristiques du retenu pouvant justifier, dans les pratiques d’assistance des acteurs non gouvernementaux, son inscription ou non dans la catégorie des « victimes ». Ils appellent également à questionner les incidences de ces processus de catégorisation sur le traitement accordé aux demandes d’assistance formulées par les retenus ainsi que sur la place réservée, dans ces mécanismes de labellisation des publics retenus, aux anciens détenus ayant fait l’objet d’un transfert depuis un établissement pénitentiaire vers un centre de rétention.

La position des acteurs associatifs en rétention, le caractère souvent précaire de leur autorisation d’entrée et la nécessité constante qui leur est faite de démontrer leur « loyauté » aux autorités policières (induisant notamment d’importantes entraves à leurs prises de position publiques), ou encore leur éventuelle instrumentalisation (en tant que « caution humanitaire ») par les acteurs de la sécurité, autorisent de nombreux parallèles avec la situation du chercheur travaillant sur les lieux d’enfermement. Ce dernier est en effet généralement lui aussi tributaire, pour la réalisation de ses enquêtes de terrain, du bon vouloir de la hiérarchie policière ; il s’expose aussi à une possible remise en cause de son autorisation d’accès en cas de publication d’analyses jugées peu favorables aux acteurs du contrôle. Enfin, il fait souvent l’objet d’instrumentalisations par les enquêtés (enfermés, enfermants ou acteurs intermédiaires) qui posent la question de l’incidence du rôle endossé par le chercheur sur les résultats produits et sur les formes possibles de leur restitution aux différents groupes d’enquêtés.

La conférence de Vienne et la proximité qu’elle a fait apparaître entre les retours auto-réflexifs conduits par les acteurs non gouvernementaux (et en particulier religieux) et ceux qui animent la communauté des chercheurs travaillant sur l’enfermement quant à leur positionnement en rétention invitent donc à chercher de nouvelles opportunités d’échanges entre la sphère scientifique et la sphère non gouvernementale, qui entretiennent souvent des liens étroits sur le terrain du fait des conditions mêmes d’accès des chercheurs (par le biais des acteurs associatifs) aux terrains à priori décrits comme « fermés ».

Crédits photographiques aspito4kids (Prison tree), Licence CC.

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

Abstract of the  paper presented by Marie Morelle at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement III: Place and Fixity (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 14:40 PM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

This paper aims at analysing the interactions between inmates and the penitentiary authorities, in a carceral situation, from a spatial point of view. It focuses especially on internal mobilities, in the Central Prison of Yaounde. It draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in April and July 2010. The fieldwork was based on enquiries and on observations.

The Yaounde Central Prison (known as « Kondengui ») is overcrowded : it was built in 1968 for 800 to 1 000 inmates, according to the differents sources. It now hosts between 3 000 and 4 000 of them. This overcrowding acts upon the appropriation of space and the power structures at the level of the prison, in a context where the prisoners are unevenly divided into the 13 districts of Kondengui. How does the right to circulate inside the prison and even to have access to a bed, to a cell, to a district is guaranted inside the prison ?

The formal prison organization cannot be opposed in a binary way to the inmates’ resistances to spatial and temporal constraints. Some prisoners are neither subjected to nor entirely resisting the carceral order (of the guards as well as of the penitentiary authorities). They negociate a place to live. These kinds of negociations produce a secure (money, access to different places, etc.).

This paper therefore proposes a microgeography of the carceral space to understand the power relationships in a context of confinement.

Des prisons si loin, si proches. Réinterroger les mises à distance

Olivier Milhaud participait au colloque de l’ENAP sur l’architecture carcérale qui s’est tenu à Agen du 1er au 3 décembre dernier. Voici un résumé de sa communication : Des prisons si loin, si proches. Réinterroger les mises à distance.

Contrairement à une idée reçue, les détenus de France se concentrent principalement dans les villes têtes de la hiérarchie administrative (préfectures et sous-préfectures), dans les principales aires urbaines du pays, tout en étant surreprésentés dans les plus petites aires urbaines. Ainsi, ils jouissent de localisations bien plus centrales (cœur des bassins démographiques et des réseaux de communication) que la population française en général.

Nombre de détenus par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

La logique de mise à distance n’est ni une stratégie délibérée, ni une tendance historiquement prouvée, qui toucherait l’ensemble des détenus. La simplification de la carte pénitentiaire au cours des décennies est sans nul doute indéniable, en dépit de l’augmentation de la population du pays. En 1875, la France comptait approximativement une prison pour 96 000 habitants. En 2009, le pays compte une prison pour 320 000 habitants. Mais les moyens de transport se sont énormément développés au cours de la période, tout comme la diffusion urbaine de la population a aujourd’hui pris le relais de l’exode rural. L’évolution de la carte pénitentiaire ne permet pas, à elle seule, de conclure à une spatialisation du rejet des détenus par la société.

La proximité à l’hôpital, au tribunal, aux forces de l’ordre, plus largement aux grands bassins démographiques, est bien présente, non seulement dans les cahiers des charges, mais aussi dans les stratégies de recherche de l’ Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ). Les erreurs du plan 13000 des années 1980 – quête urgente de terrain menant à des choix fort éloignés des grands centres démographiques – semblent aujourd’hui évitées.

Certes, des jeux politiques interviennent pour installer des prisons démesurées par rapport à leur « clientèle » potentielle. Pensons en particulier à l’ouverture fin 2008 d’un centre pénitentiaire à Mont-de-Marsan de presque 700 places, qui ne se justifiait pas pour remplacer la maison d’arrêt de la ville qui comptait 98 détenus en mai 2008. De plus, seuls 175 détenus originaires des Landes étaient incarcérés dans les diverses prisons françaises à cette même date. Mais les élus locaux ont trouvé en Alain Juppé un soutien de poids pour compenser la perte d’un escadron de la base militaire aérienne de Mont-de-Marsan, décidée sous son gouvernement, par l’ouverture d’un établissement pénitentiaire surdimensionné.

C’est à une échelle plus locale que les prisons tendent à être de plus en plus implantées à l’écart des agglomérations, comme si les proximités à l’échelle nationale étaient contrebalancées par des distanciations à l’échelle locale.

Pour reprendre les termes d’un de mes interlocuteurs de l’APIJ :

« On se positionne en général en périphéries des villes. Parce que ça nous permet encore d’avoir des dessertes, routières, par transport en commun, par les réseaux, etc., en ayant un environnement beaucoup moins urbanisé, donc moins d’oppositions locales, moins d’impacts à gérer lorsqu’on construit le projet, mais tout en restant relativement proche, dans un délai, dans un timing, qui reste admissible par l’Administration pénitentiaire. Voilà. Donc ça permet d’avoir des terrains moins chers, d’avoir moins d’impact, de générer moins d’opposition ».

Si les proximités entre les détenus et leurs proches sont plutôt vécues sous le signe de la difficulté et de l’obstacle à la relation, c’est que des trois technologies pour vaincre la distance (la mobilité, la coprésence, les télécommunications), l’Administration pénitentiaire semble surtout privilégier la première et négliger les deux autres.

Nombre de détenus mineurs par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Assurer une accessibilité des lieux de détention fait assurément partie du cahier des charges des nouveaux lieux de détention. Et les choix de localisation au plus proche des grands bassins démographiques, comme on l’a vu, favorisent une certaine mobilité. Cela est loin de tout régler quand on pense aux nombreuses difficultés rencontrées par les familles de détenus. Rien ne rappelle mieux l’importance de l’accessibilité évaluée en fatigue, en temps, en organisation (qui compte autant que l’accessibilité physique) que les propos du détenu incarcéré à Mulhouse et se souvenant de son incarcération à Bar-le-Duc, près de chez lui. Venir au parloir depuis la Meuse (plus de 275 kilomètres) devient un véritable casse-tête pour sa mère. Si elle ne lui a rendu visite qu’une seule fois, ce n’est pas seulement pour une question de distance kilométrique :

« – Comme ma mère elle n’a pas le permis, c’est plus chiant. Elle n’est venue qu’une fois…

– Oui, oui… Elle a pris le train ?

– Non, elle vient en voiture avec mon beau-père. Ça fait quatre heures. Huit heures aller-retour… Ça fait que j’ai pas de parloir… Parce que j’ai un petit frère aussi. Faut qu’elle le garde et tout. Donc elle peut pas s’absenter trop longtemps. 8 heures c’est un peu chaud. »

(Détenu de Mulhouse, la vingtaine, à deux en cellule, service général, chargé des réparations dans toute la détention, aucun parloir, originaire de la Meuse, troisième incarcération, incarcéré pour violences depuis huit mois).

On devine entre les lignes la situation délicate de la mère devant demander à son nouveau mari, qui ne tient pas forcément à faire de la route jusqu’à Mulhouse, de l’accompagner voir son fils incarcéré. On comprend aussi les contraintes temporelles qui pèsent sur elle : à la distance kilométrique s’ajoute une distance temps conséquente (huit heures pour plus de 500 kilomètres aller-retour), et surtout toute une organisation pour la garde du petit frère (les géographes féministes ont déjà repéré les effets discriminants des distances et des mobilités pour les femmes).

De même, les conditions de rencontre au parloir sont loin d’être idéales. Je renvoie aux diverses enquêtes quantitatives sur ces questions [1]. Les familles dénoncent la saleté des lieux (51%), la surveillance et l’attitude des personnels (31 et 17%), l’interdiction des relations sexuelles (24%), la durée des parloirs trop courte (16%), ou l’interdiction d’y amener de la nourriture (15%).

« Une fois qu’ils ont vu qu’il y a rien de suspect pour tout le monde [fouille à nu de tous les détenus après le parloir], ils ouvrent la famille et la famille repart. Mais le plus dur c’est pour les familles, car il faut venir une demi-heure à l’avance (…) et [repartir] une demi-heure après, donc ça fait deux heures [dans l’établissement] pour une heure de parloir (…). C’est le plus dur pour eux. Déjà c’est dur de venir voir leur enfant en prison, puis en plus… (…) Y a certaines prisons où les familles sont considérées comme des détenus quoi, donc ça c’est dur pour eux (…), qu’un surveillant leur parle mal, c’est mal vécu. Mais la famille n’en parle pas trop parce qu’ils ne veulent pas trop affoler le détenu qui lui va après tourner comme un lion en cage. »

(Détenu de Villeneuve-lès-Maguelone, la quarantaine, seul en cellule, va au centre scolaire et travaille comme auxi., parloirs rares, originaire du Pays basque, première incarcération, incarcéré pour terrorisme depuis cinq ans et pour encore quelques mois).

Au niveau des communications, il semble que les prisons restent plus ouvertes aux visiteurs venant au parloir qu’à l’échange de messages. Les déplacements des corps seraient-ils donc moins dangereux (ou plus facilement contrôlables) que la circulation des mots ? Les communications limitées par le système carcéral français – lecture aléatoire du courrier par les surveillants pour des questions de sécurité, interdiction du téléphone pour les prévenus, contraintes de l’accès au téléphone pour les condamnés (démarches pour homologuer les personnes pouvant être contactées, coût des cartes téléphoniques jugé trop élevé par les détenus les plus modestes, et surtout conversations pouvant être écoutées par les surveillants) – sont aussi dénoncées par les familles.

Il faut donc replacer les proximités et les mises à l’écart dans un raisonnement à plusieurs échelles géographiques : la proximité à l’échelle nationale ne se vérifie pas forcément à l’échelle locale. Et surtout, il faut saisir le vécu de ces distances pour mieux évaluer quelles politiques de proximité peuvent être mises en place : par la proximité géographique, par la qualité des lieux de rencontre, et par l’accès aux télécommunications.

Nombre de femmes détenues par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

La notion de distance est beaucoup plus riche que sa simple traduction kilométrique. Chercher à insérer les prisons dans la ville, à ne pas les tenir à l’écart de la société, suppose tout un travail d’implantation pas trop éloignée des grands pôles démographiques (ne répétons pas l’erreur de Joux-la-Ville), mais surtout et plus encore, toute une réflexion sur les contacts entre les détenus et les professionnels de la prison d’une part, et les proches, les intervenants extérieurs, et le reste de la société au sens large d’autre part, ce qui renvoie aux parloirs (horaires, organisation des lieux, intimité), aux Unités de Vie Familiale, au téléphone, au courrier, à l’Internet si la France veut suivre l’exemple russe à cet égard, et plus largement aux représentations du dedans et du dehors.

Au lieu de se focaliser sur les lieux d’implantation, il faudrait réfléchir sur toute la complexité de la notion de distance et repenser notamment les conditions de rencontre entre le dedans et le dehors, et les enjeux de télécommunications. On se doute qu’un réflexe facile serait, devant l’immensité de la tâche, de renoncer, de tout laisser en l’état, en rejetant sur d’autres (les choix antérieurs, la politique pénale, la réglementation interne, que sais-je encore ?) les difficultés de relation entre le dedans et le dehors. Cela serait, ne nous leurrons pas, faire sciemment le choix du statu quo. L’idée même de réinsertion et la place de la prison dans la société méritent mieux que cela.

[1] Rencontre nationale des maisons d’accueil des familles et amis des détenus, 2006, Les liens à l’épreuve de la prison, Saintes, UFRAMA, 178 p. Le Quéau P., Aillet V., Dubéchot P., Fronteau A., Olm C., 2000, ‘‘L’autre peine’’, enquête exploratoire sur les conditions de vie des familles de détenus, Paris, CREDOC, 140 p. Désesquelles A., Kensey A., 2006, « Les détenus et leur famille : des liens presque toujours maintenus, mais parfois très distendus », in Données sociales, la société française, Paris, INSEE, 668 p., pp. 59-67.

Circulations carcérales

Olivier Milhaud et Marie Morelle participent au Colloque « L’architecture carcérale : Des mots et des murs » qui a lieu du 1er décembre 2010 au 3 décembre 2010 à l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire, Agen).

Leur communication porte sur les « Circulations carcérales: entre contraintes et détournements des logiques architecturales. Regards croisés à partir de l’étude d’une prison centrale camerounaise et de maisons d’arrêt françaises ».

Résumé : Cette intervention s’intéresse à la prison habitée et au rapport qui existe entre détenus et espace carcéral. Elle propose d’analyser le vécu de détenus incarcérés dans une prison camerounaise (Yaoundé) et dans des maisons d’arrêt françaises.

Les établissements étudiés présentent quelques traits architecturaux communs largement issus d’une filiation directe des prisons camerounaises avec celles de France. Aujourd’hui, on y retrouve a minima le souci de séparer, de classer et de surveiller, et ce par le biais du contrôle des allées et venues des détenus d’une part et de leur emploi du temps d’autre part. La double logique de séparation spatiale et de concentration de population entraîne inévitablement un conflit entre contraintes matérielles et usages de l’espace. Afin de saisir le vécu des détenus en lien avec les architectures carcérales sans tomber dans une simple description des lieux, nous souhaitons mettre l’accent sur les circulations internes aux établissements pénitentiaires étudiés. Ces contraintes architecturales et ces circulations carcérales ont été appréhendées par le biais d’observations sur le terrain et d’entretiens auprès de détenus, de personnels et d’architectes de prison.

La capacité de mouvement des détenus est a priori contrainte par l’architecture, même si la logique séparatrice est plus forte en France qu’au Cameroun. Comment cela est-il vécu dans les deux contextes ? Dans quelle mesure est-il éventuellement possible de dépasser ces entraves à une relative mobilité ? Au jour le jour, des prisonniers développent des adaptations voire des stratégies de détournement de ces contraintes, en particulier dans des contextes de surpopulation carcérale plus ou moins marquée.

Outre ces questions de contraintes formelles et de pratiques informelles, une autre question émerge par-delà des analyses des adaptations secondaires dans la lignée de Goffman. En effet, certains détenus, en lien avec l’administration pénitentiaire, peuvent participer de ce contrôle des mobilités. Ils y gagnent une forme de liberté de circulation mais surtout un pouvoir sur d’autres détenus. Paradoxalement, ils renforcent alors les contraintes physiques et morales s’exerçant déjà sur ces derniers.

Temporalités de la prison

Lors du Congrès des études africaines en France qui s’est tenu à Bordeaux les 6, 7 et 8 septembre derniers, Marie Morelle a coordonné avec Amandine Spire un des ateliers « Glissements de terrain », organisés par le Gecko :

Glissements de terrain 5 : bascules et glissements temporels sur le terrain, sur le thème  « Faire son temps »  : les temporalités de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé (Cameroun).

En voici la présentation :

Les travaux scientifiques sur l’espace carcéral en Afrique subsaharienne s’avèrent peu fréquents. Quelques historiens ont pu retracer et croiser l’histoire de la prison avec celle de la colonisation. Les médecins ont vu en elle un espace propice à des études épidémiologiques. Cependant, la prison, en Afrique, reste largement appréhendée à travers la presse, le roman, le témoignage de quelques grandes figures politiques. Elle est avant tout un objet d’étude et d’action des organisations internationales et non gouvernementales.

Espace faiblement étudié, la prison est un espace oublié où, au Cameroun par exemple, les prévenus dépassent en nombre les condamnés, dans l’espoir d’un hypothétique procès. L’attente est inhérente à l’univers carcéral. Le temps s’écoule lentement : celui de « la préventive », celui de la peine. Il est continuité mais aussi succession de moments. Ceux-ci sont au fondement d’un système de contrôle institutionnel comme de tactiques de résistances et de contournements. Comprendre le fonctionnement d’un espace fermé, qui plus est marqué par la surpopulation, implique de saisir les temporalités qui le figent autant qu’elles le modulent.